[Débrief du mardi] : Un rugby français à deux vitesses

Le Racing poursuit son récital en champion's cup, en disposant de Leicester. [Crédit : L'Equipe]

Le Racing poursuit son récital en champion's cup, en disposant de Leicester. [Crédit : L'Equipe]

Coupe d'Europe des fortunes diverses pour les clubs français. Il y en a pour qui cela rigole et d'autres pour qui cette 3e journée de phase de poule de la Champions Cup, fut plus compliquée. Le fait est que, à mi-parcours, certains ont déjà un pied en quart, tandis que d'autres sont déjà éliminés.

La surprise Stade Toulousain se poursuit.

On pouvait penser que le succès face au Leinster, décroché au combat n'était qu'un feu de paille. Non, ce Stade Toulousain à bel et bien quelque chose du phénix. Les hommes d'Ugo Molla sont allés s'imposer 16-24 chez les Wasps. Un succès bien plus significatif que face aux Irlandais. Pourquoi ? Tout d'abord, c'est un succès à l'extérieur, chez des Anglais, où c'est toujours difficile de s'en sortir. De plus, menés à la mi-temps, ils ont su trouver les bonnes solutions et résister en fin de match. Alors avec trois victoires en trois matchs, les Toulousains sont idéalement placés. D'autant qu'ils vont avoir deux réceptions (Bath et les Wasps). Le seul bémol de la campagne toulousaine est cette absence de bonus pris. Cela va les obliger à remporter ses deux matchs à la maison. Si c'est le cas, la porte des quarts de finale sera grande ouverte, y compris en tant que meilleur deuxième. Car pour finir premier, il faudra gagner en province Irlandaise (le Leinster ayant déjà récolté deux bonus). Et si c'est le cas, le Stade peut voit bien plus loin que les quarts... Qui l'aurait cru en début de saison ? 

Le Racing est un prétendant solide.

Si le Stade à toutes les cartes en main, mais ne doit pas faire de faux-pas, le Racing a réalisé trois premiers matchs parfaits. Trois victoires, deux bonus offensifs. Le finaliste malheureux compte bien regoûter aux quarts de finale. Mais les Franciliens vont devoir se déplacer deux fois. Avoir fait le (quasi) plein est donc une excellente chose. En revanche, ils ont connu quelques problèmes défensifs lors du dernier match (quatre essais encaissés). A l'extérieur cela ne pardonnera pas. Il faudra donc retrouver la solidité des deux premiers matchs. D'autant qu'ils se déplaceront chez leur dauphin Ulster. Mais ce Racing semble d'une sérénité absolue et on voit mal la machine s'enrayer.

Soupe à la grimace chez les autres ! 

Si Toulon a gagné son premier match face à Montpellier (en enfonçant ces derniers), avec six points en trois matchs, leurs chances de qualifications sont minimes. Montpellier possède également six points, mais des deux clubs français, c'est bien le MHR qui possède le plus de chances. Avec deux matchs à domicile sur les trois restants, il va falloir faire le plein et réaliser l'exploit à Edimburgh. Avec cela, il faudra au moins prendre un bonus offensif. La tâche est rude. Il est fort possible qu'aucun club français ne sorte de la poule. On perdrait donc l'ancien triple champion d'Europe consécutif mais aussi l'ambitieux club de Montpellier, qui voulait régner sur tous les tableaux et qui se retrouve dans le dur autant en championnat qu'en coupe d'Europe.

Castres possède également une victoire en trois matchs. Mais ils n'ont récolté qu'un bonus. Surtout, ils restent sur une cinglante défaite 30-5 face au Munster. Une rouste qui n'augure rien de bon pour la suite. Pour se qualifier, il faudra trois succès, dont deux bonifiés. Un miracle en somme.

Lyon OU, dernier de nos représentants, poursuit son difficile apprentissage, en concédant une troisième défaite en autant de matchs. Zero points, ils sont déjà éliminés. Mais pour les Lyonnais c'est une première qui peut en appeler d'autres, au vu de leur comportement en Top 14. Pourquoi pas revenir en Champions Cup avec plus d'expérience, et un appétit aiguisé ! 

Etienne Goursaud

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article