[Inteclubs] : La fusion gagnante de Limoges Athlé (dernière partie)

Limoges Athlé : un club tourné vers le collectif ! [Crédit photo : Limoges Athlé]

Limoges Athlé : un club tourné vers le collectif ! [Crédit photo : Limoges Athlé]

La construction de Limoges Athlé se fait progressivement. De N1C à N1A, ils se sont affirmés comme l'une des structures fortes de la ville. 

Exister à côté du mastodonte CSP Limoges. 

Vous l'aurez saisi, la piste d'athlétisme de Limoges Athlé se situe dans le complexe sportif de Beaublanc. Des tribunes, on peut voir la salle du CSP Limoges, club mythique de la ville. Mais Séquiiné Traoré, directeur sportif de Limoges Athlé, ne considère pas le basket comme un concurrent : "Le CSP fait partie de l'ADN de Limoges". D'autant qu'ils bénéficient d'une bonne couverture médiatique : "La presse régionale relaie bien la vie du club". Malgré tout, comme bon nombre de structures sportives, la bataille médiatique se joue également via les réseaux sociaux. Sur ce point-là, ils sont assez performants avec, entre autres, une page Facebook qui comptabilise 1477 likes. "Les réseaux sociaux sont accessibles à tous. On est très suivis sur Facebook et Instagram" ajoute Sékiné Traoré. 

Organiser des événements et s'appuyer sur ses points forts contribuent au développement du club. "Nous avons organisé un meeting national de triple saut autour de Jeanine l'an passé. Une compétition qui a amené beaucoup de monde à Beaublanc" confie Séquiné Traoré qui ne se cache pas : "Nous pouvons voir les clubs qui marchent bien. Nous devons nous en inspirer. Même si la comparaison avec les sports collectifs ne peut pas se faire de la même manière, car nous n'avons pas la même visibilité". Mais ces compétitions permettent de mettre en lumière les stars locales, d'amener du public qui peut être amené à découvrir l'athlétisme par ce prisme. Les compétitions restent le moyen d'exposition de l'athlétisme le plus efficient. 

Et un moyen efficace de drainer des sponsors privés. Car, comme on l'a dit dans la première partie d'article, Limoges Athlé dispose d'un budget de 205 000€. Comme toute structure sportive de bon (haut) niveau, ils sont soutenus par la Ville, le département, mais aussi la région Nouvelle-Aquitaine. Mais pour se développer, il faut aller chercher plus loin que les collectivités locales. Un secteur ou Limoges Athlé a longtemps été très défaillant, avant de mettre en place un véritable travail, comme nous l'explique Séquiné Traoré : "Depuis trois ans, on a énormément développé ce secteur. Nous partions de zéro. Petit à petit, on a réussi. Nous n'avons pas de salarié dédié à cette tâche. Cela se fait principalement par connaissance". C'est d'autant plus indispensable, que la tendance n'est pas au renforcement des subventions, bien au contraire. "Plus il y aura de personnes qui voudront nous donner un coup de main, mieux ce sera pour nous" milite Séquiné Traoré. Le directeur sportif qui regrette la différence de traitement entre club pro et club amateur/formateur. "Actuellement les clubs pros captent 95% des subventions, alors qu'ils n'ont que 5% des licenciés. Les clubs qui forment les jeunes, ans tous les sports font un boulot remarquable. Ce n'est pas mis en évidence par les collectivités" regrette-t-il. 

"L'athlétisme n'a pas encore trouvé son modèle économique au niveau international".

Pour Séquiné Traoré, l'athlétisme est un sport qui est en pleine mutation, mais qui se cherche encore. "L'athlétisme est en train d'évoluer, mais qui n'a pas encore trouvé son modèle économique au niveau international". Le directeur sportif à ses idées pour essayer de développer son sport, qui souffre sur le plan médiatique par rapport à d'autres. "Nous devons proposer plus de visibilité pour les partenaires institutionnels et financiers" analyse t'il. Et les solutions sont parfois toutes simples. "On doit proposer des animations novatrices, sans renoncer à l'essence même de ce sport". Séquiné Traoré regrette également le peu de diffusion de l'athlétisme, en dehors des Jeux Olympiques et des championnats du monde. C'est vrai que suivre l'athlétisme n'est pas simple, RMC Sport a récupéré, depuis 2017, les droits télés de toutes les compétitions, qu'elles soient nationales où internationales. Si cette chaîne à, tout de même, mis le paquet, avec plus de diffusion de meeting indoor, où encore la très belle retransmission du Décastar, il n’empêche que seulement très peu d'abonnés (1 million maximum) peuvent accéder à ces meetings. Difficile donc d'attirer un large public et par conséquent, les sponsors seront plus réticents à investir dans l'athlétisme, car les retombés sont encore minimes. "L'époque est plutôt à développer des propres chaînes qui diffuseraient avec des moyens locaux". Pourquoi pas directement les clubs eux-mêmes, avec la portée des réseaux sociaux. Mais cela nécessite un matériel et des compétences spécifiques. Cela aura indéniablement un coût ! Mais les retombées peuvent être assez incroyables. 

Des retombées qui pourraient faire que Limoges Athlé puisse grandir dans les années à venir. Le défi est grand pour les Limougeauds. Qui vont devoir batailler sévère pour conserver leur place en N1A cette année. Et c'est tout le mal que l'on peut leur souhaiter. 

Etienne Goursaud. 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article