Ouf de soulagement pour le football français.

Dans des conditions dantesques, les Lyonnais ont souffert mais se sont qualifiés. [Crédit photo : Ouest-France]

Dans des conditions dantesques, les Lyonnais ont souffert mais se sont qualifiés. [Crédit photo : Ouest-France]

On ne vas pas se mentir, en début de semaine, on en menait pas large. Certes en ballottage favorable, le PSG et l'OL devaient effectuer des déplacements périlleux. Le soulagement est donc à la hauteur du peu de sérénité qu'on pouvait avoir. 

Car, le PSG a magnifiquement lancé la semaine européenne en étrillant l'Etoile Rouge. Portés par Neymar et Mbappe, ils s'imposent 4-1, en réalisant un match plein ! Enfin devrait-on dire pour des Parisiens, qui auront attendu la réception de Liverpool pour jouer à leur pleine mesure. Ce PSG, presque miraculé peut aller loin désormais dans cette campagne européenne. Peut-être qu'il leur fallait un groupe difficile pour que chacun révèle sa vraie nature. Le fait est que le PSG a fait preuve d'un gros caractère. Qu'on ne pensait plus découvrir chez le club de la capitale. Attention tout de même de ne pas se reposer sur ses lauriers. Mais que c'était bon de les voir jouer comme cela. Qu'est ce qui a changé? C'est simple, auparavant Paris était une somme d'individualités, hier on a vu et senti une véritable force d'équipe. D'un coup Mbappe et Neymar se sont mis à trouver Cavani (étrange n'est-ce pas ?) D'un coup Verratti, totalement absent durant les deux premiers tiers de la C1 s'est totalement retrouvé. La Ligue des Champions forge les hommes

Quant aux Lyonnais, ils ont fait du Lyon. Séduisant dans le jeu, comme souvent dans cette campagne européenne, ils multiplient les occasions, avant de se faire crucifier par Donetsk. Qualifiés tout au long de cette campagne, ils sont alors virtuellement éliminés (1-0, 22e). Une situation qui va perdurer durant quarante longues minutes. Ou chacun va y aller de son occasion ratée, Traoré par deux fois, Fékir, Depay, à croire que les Lyonnais se délectaient de toutes ses situations ratées. C'est au moment ou tout semblait perdu que l'éclair de génie est apparu. Fékir, d'une frappe lumineuse venaient foudroyer le stade enneigé de Kiev (1-1, 65e). Dès lors, comme on a malheureusement eu trop l'habitude, les hommes de 'Pep' Genesio vont reculer et faire trembler leurs supporter et tout les suiveurs français. Mais, contrairement à ce qu'on a pu voir contre Hoffenheim, les Lyonnais ont tenu. Et obtenu une qualification tout de même mérité.

Une fois ce constat fait, on est quand même en droit de se poser la question : Pourquoi maintenant et pas dès le début ? Après nous avoir désespérés durant quatre journées (Europa League compris) ils nous ont (presque) enchantés, avec plus de victoires en 9 matchs que sur les 24 premiers. Comme quoi quand ils veulent... Maintenant, place à l'Europe League, ou Bordeaux et Rennes peuvent encore jouer quelque chose. 24 heures après un premier et second miracle, peut-on rêver d'une troisième folle soirée d'affilée pour le football français? On le souhaite de toutes nos forces. Mais pour le moment on reste sur notre nuage. En espérant ne pas y chuter ! 

Etienne Goursaud

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article