[Débrief du mardi] : Les Anglais sur la voie royale, vers une guerre chez Sky ?

Les Anglais ont infligé une correction à des Français dépassés ! [Crédit : French Morning London]

Les Anglais ont infligé une correction à des Français dépassés ! [Crédit : French Morning London]

On a souffert devant notre télé, devant le massacre des troupes françaises en Angleterre, une sorte de Waterloo (comme l'a si bien titré Midi-Olympique) version rugby. Quatre-vingts minutes de supplice à voir les Bleus se faire dépecer face à une fantastique équipe Anglaise.

L'Angleterre et l'Irlande sont bien les deux meilleures équipes d'Europe.

Revenons d'abord sur le match Ecosse - Irlande. Des Ecossais qui pouvaient légitimement nourrir des ambitions en recevant une Irlande blessée de sa cinglante défaite, chez elle contre les Anglais. Et la première mi-temps vient confirmer cet état d'esprit, avec des locaux qui dominent outrageusement. Oui mais voilà, dominer n'est pas gagner et le rideau irlandais se révèlent cette fois-ci bien plus solide que la semaine dernière. A force d'attaquer, les Ecossais s'épuisent et se feront contrer. L'Irlande s'impose 13-22, privant de bonus défensif des Ecossais qui méritaient mieux. Une victoire qui permet au XV du Trèfle de se positionner en tant que dauphin des Anglais. Car les Gallois, certes vainqueurs des Italiens (15-26) mais apparus un peu fade. Ils viennent de battre les deux adversaires les plus faciles. Pour eux, le plus dur commence.

Deux choses sont sûres, la France ne gagnera pas le tournoi et ce sont bien les Anglais les plus forts. En "nous" atomisant 44-8, ils enchaînent leur second bonus offensif en deux matchs. La question n'est pas de savoir s'ils vont gagner le tournoi, mais s'ils vont réaliser le grand-chelem. Pour les Français, le chantier parait de plus en plus grand et de plus en plus compliqué. Mais la légitimité de Jacques Brunel en a (encore) pris un sacré coup. La France est un beau navire. Il y a des joueurs de grande qualité, partout. Mais sans capitaine, difficile de définir et maintenir un cap. La hantise de la cuillère de bois se fait de plus en plus grande, car les Italiens sortent de deux matchs plutôt convaincants, face à des adversaires bien meilleurs que les Français. Grosse inquiétude, à moins de sept mois de la coupe du monde. Où aller en quart sera un exploit.

Cyclisme : Vers une bataille interne chez Sky ?

C'est officiel, Gerraint Thomas, vainqueur sortant du Tour de France, vient d'annoncer qu'il miserait de nouveau toute sa saison sur l'événement de Juillet. Or, au sein de son équipe Sky, Christopher Froome, a également annoncé viser la Grande Boucle. Si, l'an passé, la question avait été vite éludée au sein de l'équipe Britannique, Geraint Thomas se montrant bien supérieur à son habituel leader. Mais cette fois, Chris Froome n'aura pas le Giro dans les jambes. On l'a vu, cela lui a pesé dans les jambes, notamment dans les Pyrénées en troisième semaine. 

Les guerres fratricides ont souvent profité aux autres coureurs. Est-ce que Chris Froome acceptera de nouveau un rôle de second ? Est-ce que Gerraint Thomas acceptera de rentrer dans le rang ? Sur qui Sky va t'il miser ? On l'a déjà vu par le passé, l'équipe britannique n'a pas hésiter à sacrifier un vainqueur sortant au profit d'un équipier plus fort (Wiggins sacrifiée en 2013). Thibaut Pinot ou encore Romain Bardet peuvent ils en profiter ? D'autant que beaucoup d'adversaires seront focalisés sur le Giro (Tom Dumoulin, Primoz Roglic...).  

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article