Melvyn Richardson : Je suis chanceux de pouvoir vivre de ma passion

Melvyn Richardson a été plus qu'au rendez-vous lors du Mondial 2019 (Crédit photo FFHB)

Melvyn Richardson a été plus qu'au rendez-vous lors du Mondial 2019 (Crédit photo FFHB)

C’est le joueur français qui a illuminé le dernier mondial par son adresse et son étonnante décontraction. A vingt-deux ans, le gaucher a de sacrées armes pour devenir l'un des tous meilleurs. Sa philosophie de vie et ses valeurs risquent de magnifier ce talent.

Melvyn Richardson, un mois après avoir obtenu la troisième place lors du Championnat du monde, quel regard portez-vous sur le parcours de l’équipe de France ?

« La médaille de bronze, c’est toujours bon à prendre même si ce n’était pas l’objectif du départ. Nous sommes tombés en demi-finale contre une équipe du Danemark qui a survolé la compétition. Il y a eu beaucoup de changements dans l’équipe mais la France est toujours présente dans le haut du classement. »

Cette compétition a été particulière pour vous. Vous la débutez comme réserviste puis vous êtes rappelé contre la Russie pour remplacer Nicolas Claire. C’est compliqué à gérer ces changements ?

Le début n’a pas été difficile. Je faisais partie du voyage, déjà c’était top, je vivais avec le groupe. Il fallait que je me tienne prêt physiquement. Evidemment contre la Russie, j’étais ravi de jouer, de m’échauffer, de jouer avec les gars. Je ne m’attendais pas à jouer autant. Vivre le moment présent m’a permis de jouer sans pression lors de ce mondial. C’est une très belle expérience. Jouer dans des salles pleines et puis finir en décrochant la médaille de bronze, c'est génial. »

Quels sont justement vos souvenirs marquants ?

« Il n'y a pas un souvenir spécialement. Je n’ai que des bons souvenirs. Après si je devais vraiment choisir…ce serait mon entrée contre la Russie et puis évidemment il y a la petite finale remportée contre l’Allemagne. »

Vous avez bien récupéré depuis le Mondial ?

« J’ai eu une semaine de repos, c’est suffisant ! Avec mon club de Montpellier, on a depuis enchaîné les matchs mais cela fait partie du jeu. »

Vous venez de prolonger votre contrat jusqu'en 2021 avec le Montpellier Handball. Qu’est-ce qui a motivé votre décision ?

« Je me fixe des objectifs à court ou à moyen terme. Je ne veux pas griller les étapes. J’ai encore des choses à montrer ici à Montpellier et puis je veux prendre de l’expérience. Il y a tout ici pour progresser. Je vis au jour le jour et saison après saison. »

Devenir handballeur professionnel, c’était une évidence ?

« Non pas du tout. Le handball était un hobby avant tout. Mais une fois en équipe de France Jeunes, je me suis dit que ce serait pas mal de continuer. »

Qu’est-ce qui vous plaît particulièrement dans ce sport?

« Il y a tellement de choses : vivre des expériences avec des amis, l’esprit collectif c’est ce que j’aime surtout, le partage aussi. Le handball devient de plus en plus médiatique avec un engouement du public. J’essaye d'offrir du spectacle. Je suis chanceux de pouvoir vivre de ma passion. »

Le soutien de votre famille c'est primordial ?

« Tu ne peux pas réussir seul dans le sport de haut niveau. Tu as besoin de tes proches pour t'aider et te soutenir. La présence de mon père pendant le mondial était importante. Tout fils a besoin de son père. Il m’apporte pour grandir en tant qu’homme et puis il m’aide à gérer ma carrière, à faire attention aussi. Ma mère est aussi très importante, c'est notamment elle qui m'accompagne pour les études. »

Votre jeune soeur Ilana est également handballeuse. C'est dans les gènes le handball dans la famille Richardson ? « Oui elle entreprend une voie similaire. Elle est actuellement au Centre de Formation de Toulon. Je trouve que c’est plus difficile pour les filles. J’essaye de lui apporter ce que je vis. On a une relation très fusionnelle. »

Qu'est-ce qu'on peut vous souhaiter pour l'avenir ? « D'être en bonne santé et d'être bien entouré par les proches et la famille. » 

Propos recueillis par Hélène Morisseau.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article