[Prono-hebdo] : L'Amstel Gold Race

Michaël Matthews est notre favori ! [Crédit : Cyclingnews]

Michaël Matthews est notre favori ! [Crédit : Cyclingnews]

Les Ardennaises sont lancées ! Demain première course du triptyque, avec l'Amstel Gold Race. Si elle est considérée comme une Ardennaise, en réalité c'est une course qui peut également convenir aux spécialistes des Flandriennes, avec ses monts courts et raides, qui peuvent rappeler ceux du Tour des Flandres (pavé en moins). Preuve en est en 2018, Peter Sagan, juste auréolé de sa victoire à Paris-Roubaix, avait joué placé dans l'Amstel (4e). La course semble très ouverte et on va essayer de distinguer des favoris.

Le parcours : 

Le Favori : Gare à Michaël Matthews. 

Il doit encore ruminer son final à la Flèche Brabançonne. Jusque là, l'Australien de la Sunweb avait tout bien fait. Il avait accompagné un groupe de costaud (Wellens, Van Der Poel, Alaphilippe). Seul "pur" sprinter a accompagner les meilleurs, malgré les clients, il était le grand favori du sprint. Malheureusement enfermé dans les barrières il ne peut que finir troisième derrière le prodige Van Der Poel et le virevoltant français. Malgré tout, Michaël Matthews a envoyé un message fort à la concurrence. L'Australien est en forme. Cinquième surprise à la Flèche Wallone 2018, il saura se débrouiller sur les plus fort raidard, comme ceux du Cauberg. Il est notre favori de la course. Car dans un sprint en petit comité, sa pointe de vitesse peut faire la différence. Il sait également gagner quand on l'attend, avec son doublé Montréal, GP Québec l'an passé. La malchance de mercredi dernier ne peut pas se reproduire tout le temps. 

Le Dauphin : Julian Alaphilippe.

Lui a déjà gagné une Ardennaise : La Flèche Wallone en 2018. Une course déclic pour celui qui n'arrivait que rarement a conclure les belles promesses (2 fois deuxième sur la Flèche, 2e de Liège 2015 et 3e de Milan-San-Remo 2017). Depuis c'est jackpot. Deux étapes du Tour et maillot à pois, classique de San Sebastian jusqu'à l'apothéose : Milan-San-Remo 2019. Tombé lors du tour du Pays Basque, il a fait une frayeur aux suiveurs. Mais finalement tout va bien, en atteste une belle deuxième place lors de la brabançonne. Mais dans la mesure ou on ne voit pas le Français se débarrasser de Matthews, on ne le voit pas non plus disposer de l'Australien au sprint. Même s'il risque d'être plus en forme que mercredi dernier. 

Le trublion : Mathieu Van Der Poel.

On ne va pas se mentir, les mois de mars et avril du Néerlandais sont incroyables ! Vainqueur du GP de Denain, d'A Travers les Flandres, d'une étape sur le circuit de la Sarthe et de la Flèche Brabançonne, il fait presque figure d'épouvantail selon certains. L'absence de coéquipiers ne semble pas être un problème, ni les efforts superflus. Malgré tout, on a affaire à une course de 250km. Ce n'est pas tout à fait pareil que les semi-classiques remportés. Une chose est sûre, son heure viendra. Mais pour nous, pas cette année ! 

Etienne GOURSAUD

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article