France-Serbie : le débrief et les notes

Les Bleus ont été éliminés de la course au titre ce soir par la Serbie. Crédit : [AFP]

Les Bleus ont été éliminés de la course au titre ce soir par la Serbie. Crédit : [AFP]

C'est la fin du rêve d'or (en partie) pour les Bleus. Battus par la Serbie au tie-break (3-2, 23-25, 25-23, 25-21, 17-25, 15-7), ils ont souffert, trop souffert, face à la domination et la réussite Serbe. La France conserve une chance de monter sur le podium, avec un grand classique pour le bronze contre la Pologne demain. 

 

Tout avait bien débuté pour les tricolores. Une bonne première série d'entrée de premier set leur donnait déjà un matelas de trois points d'avance. Et ce matelas a bien servi. C'est simple, les Serbes n'ont jamais totalement pu revenir au score et même pas a égalité. Le plus dur était fait pour les Bleus qui concluaient la première demi-heure avec le gain de la première manche sur le score de 25 à 23. L'entame de rencontre rêvée, quoi. 

Mais derrière, la machine s'est enrayée. Pris de vitesse dès l'entame du deuxième set, les Français ont rapidement accumulé du retard au score. Menés 5 à 1, ils ont cependant réussi à revenir à un point, avant de faiblir à nouveau. A la mi-set, la Serbie mène de cinq longueurs (14-9). Et elle n'a pas terminé son spectacle. Jusqu'à huit points de débours pour les Français, qui vont réagir afin de réduire à cinq unités l'écart. Mais ce ne sera pas assez, malgré une nouvelle vague bleue au terme de ce deuxième set, qui a fait revenir les hommes de Laurent Tillie a 25-23. La Serbie égalise donc à une manche partout.

Le troisième set débute favorablement pour les Bleus. Ils tournent à 5-1 et conservent ces quelques points de marge jusqu'à une grosse série des Serbes, qui reviennent à égalité à 11-11. Les Serbes pourront dire merci aux challenges, dont ils ont quelque peu abusé mais quoiqu'il arrive bénéficié, malheureusement. Jusqu'à 17-17, les deux équipes restent au coude à coude, se rendant coups pour coups. Cependant, les Serbes prennent le dessus à un moment clé du match, ils sont en réussite. Au contraire, les Bleus souffrent et craquent totalement au terme de la troisième manche, qui est ainsi remportée par la Serbie qui prend l'avantage.

C'est le moment où jamais pour les tricolores de rebondir et d'aller chercher le tie-break. Et c'est brillamment fait ! Une quatrième manche rondement menée, durant laquelle les Serbes ont semblé un gros cran en dessous que les deux précédentes. L'occasion pour les Bleus de reprendre confiance, car en effet, tout le monde marque ! Le Roux qui claque, Lyneel qui reprend le dessus, Rossard qui sert comme un boeuf en fin de set, ... Suite à ce quatrième set remporté sur le score de 25 à 17 par les hommes de Laurent Tillie, il y aura un tie-break décisif !

Début de manche décisive catastrophique pour les Bleus. Ngapeth se déchire, les Serbes construisent vite et bien...Ça fait déjà 0-3 d'entrée. C'est même cauchemardesque, cinq points de retard pour les Français. L'écart continue d'augmenter, il n'y a plus rien à faire. Les Serbes sont sur leur nuage, infranchissables. Laurent Tillie abat sa dernière carte en faisant sortir une partie de son six titulaire, à 3-9. Malgré un sursaut d'orgueil bleu, les Serbes continuent de marcher sur l'eau est étrillent leurs adversaires dans le tie-break (15-8). La Serbie rejoint la finale.

Les chiffres ne sont étonnamment pas tous en défaveur de l'équipe de France. Au service (9 contre 4) ou en attaque (57 points contre 55), les Bleus ont dominé la Serbie. Et malgré une qualité de réception passable, voire très limite (12 contre 27 pour la France), les Serbes ont été au dessus. En parlant de hauteur, c'est ici que les Serbes sont allés chercher les Bleus, avec 16 blocs contre 6 tricolores. 

Les notes : 

Benjamin Toniutti, 5/10 : De beaux sauvetages en première moitié de rencontre et une belle qualité de passe, comme d'habitude. Comme ses coéquipiers, il a souffert en fin de match.  

Julien Lyneel, 5/10 : Il n'a pas autant pesé qu'habituellement, mais a tout de même gardé une belle réussite. 14 points avec 3 services gagnants notamment. Trop peu cependant pour concurrencer la Serbie.

Earvin Ngapeth, 6/10 : Gros rendement pour la star bleue. Avec ses 29 points, 24 attaques et 11 réceptions, il a été précieux dans les moments importants du début de rencontre. Par contre, il a lâché trop de services et a déchiré ses dernières attaques dans le tie-break.

Kévin Le Roux, 4/10 : Pas d'impact pour le grand joueur des Bleus. Seulement deux points, une attaque et un bloc. Il n'a pas su délivré son service si important habituellement.

Stephen Boyer, 5/10 : Il termine l'Italie par un ace et termine la Serbie par une faute de service. Moins bon rendement qu'il y a trois jours, avec 19 points et un bloc. Il est resté décisif par intermittence.  

Jénia Grebennikov, 5,5/10 : Un match classique de sa part. Sa copie livrée est belle, avec un grand nombre de réceptions et de passes, mais ça n'aura pas suffi.   

Le banc, 6/10 : Le Goff, Chinenyeze et Rossard ont été importants et imposants lorsque Laurent Tillie les a appelé pour rentrer sur le terrain. 

Mathéo RONDEAU

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article