[Top 3 du week-end] : Angleterre-Afrique du Sud, décima de Roger Federer et les Français en forme en ski

Deux combats acharnés pour un remake

Coupe du monde de rugby
Les Anglais ont livré une formidable bataille pour faire tomber les All Blacks (19-7) et se qualifier pour la finale. Crédit : [AFP].

Les demi-finales de la Coupe du monde de rugby ont eu lieu le week-end dernier et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y en a eu pour tous les goûts.

Le public de l’International Stadium de Yokohama a d’abord vu l’une des plus grandes performances de l’histoire du rugby. L’Angleterre y a éliminé la Nouvelle-Zélande sur un score sévère (19-7) et n’a laissé aucune chance aux doubles champions du monde en titre. Tout a commencé par un Kapa O Pango All Black emprunté, malmené par le V de la victoire effectué par le XV de la Rose qui lui faisait face. Et il aura suffit d’à peine 120 secondes pour voir que l’une des deux équipes avait plus hâte que ça commence que l’autre. Manu Tuilagi conclut un mouvement anglais de six phases de jeu qui s’était lancé sur une touche de Jamie George sur ses 40. Ce sera le seul essai de la Rose.

 

On attend alors une réaction des hommes de Steve Hansen, mais on se rend compte très vite que ce sera impossible. Les Blacks reculent à l’impact, bafouillent leurs mouvements, dévissent leurs passes. George Ford ajoute trois points avant la mi-temps (10-0), puis trois autres à la 50e (13-0). A la 57e, la Rose se plante une épine dans le pied en encaissant un essai casquette. Ardie Savea, au passage seul All Black ou presque au niveau samedi, récupère le lancer de Jamie George qui avait auparavant lobbé son sauteur Maro Itoje. A vingt minutes du terme, les Blacks sont invraisemblablement dans le coup (13-7). Mais la réaction britannique est immédiate avec deux nouvelles pénalités de Ford (19-7), qui tuent le suspens. Même s’il n’y en avait quasiment jamais eu, tant les Blacks ont été dominés dans tous les compartiments du jeu (occupation, possession, franchissements, discipline, rucks). C’était une énorme équipe d’Angleterre contre une pâle équipe Black, et l’addition aurait pu être plus salée.

 

Coupe du monde de rugby
Les Springboks ont renversé les Gallois pour rejoindre l'Angleterre en finale du Mondial. Crédit : [Getty Images].

Le lendemain, c’est une partie bien plus acharnée qui s’est déroulée. Disparues les grandes envolées de la veille, place au rugby frontal. L’Afrique du Sud a disposé dans la douleur du Pays de Galles (19-16), grâce à une pénalité décisive de Handré Pollard à cinq minutes du terme. Auparavant, on avait eu droit à une partie hyper fermée, où le jeu au pied et l’impact physique avaient une importance primordiale. Du jeu à une passe, une mobilisation totale du pack et très peu de courses tranchantes, si ce n’est celle de Damian De Allende pour le seul essai Springbok (57e). Alors que l’on pensait la différence faite, les Gallois répliquaient de suite avec du caractère, en allant chercher par deux fois la touche plutôt que les points. A la conclusion, Josh Adams inscrivait l’essai de l’espoir (65e). Sur un ballon porté ravageur, les Boks obtenaient la pénalité de la gagne et filaient vers la finale.

Ce sera donc un remake de la finale de la Coupe du monde 2007 qui se disputait en France et qui avait vu l’Afrique du Sud battre l’Angleterre 15 à 6 dans une partie cadenassée.            

La décima de Roger Federer à Bale !

Tennis - Roger Federer
Dixième victoire finale à l'ATP 500 de Bâle pour le maestro Roger Federer, intouchable. Crédit : [AP].

Federer, Nadal, Djokovic : Le débat sur qui est le meilleur tennisman de tous les temps n'est qu'un éternel recommencement. Les fans de Roger Federer auront du grain à moudre cette semaine. En effet le Suisse s'est adjugé, au bout d'une semaine parfaite, son dixième titre à Bale, le 103e de sa carrière. En dominant le jeune Alex De Minaur (6-2, 6-2) il devient le premier à gagner 10 titres sur deux tournois de deux surfaces différentes (Halle sur herbe). Chez lui, s'est donc montré intraitable avec en point d'orgue la magnifique demi-finale contre Tsisipas (6-4, 6-4). Paradoxalement, il entre encore plus dans la légende de son sport sur une saison qui n'est pas la meilleure de sa carrière, sans grand chelem et un seul master 1000 à Miami. Forfait pour le Rolex Paris Masters on devrait quand même le revoir pour le Masters de Londres. Le dernier grand rendez vous de l'année. Une compétition qu'il n'a plus gagné depuis 2011. Une éternité

Pour conclure un bilan 2019 tout de même plus qu'honorable, qui l'aura vu décrocher son 100e titre. 53 victoires pour 9 défaites. Il a beaucoup plus joué que les années précédentes, avec une tournée sur terre battue et une belle demi-finale à Rolland Garros. A 38 ans l'âge ne semble pas avoir de prise sur le Suisse qui poursuivra sa carrière en 2020. Pour le plus grand bonheur de ses fans.

A Sölden, une entame remarquée

C’est reparti pour une longue saison de ski alpin ! Sölden (Autriche), théâtre habituel de l’ouverture de la Coupe du monde, accueillait les géantistes qui s’étaient quittés à Soldeu (Andorre) lors des finales 2018-2019. Et les deux courses (femmes et hommes) ont pu se tenir ! Eh oui, parce qu’en octobre, pas toujours dit qu’il y ait de la neige même en Autriche. Ainsi, c’était ce week-end la première fois que la compétition démarrait réellement à Sölden depuis 2016 et une victoire de…Alexis Pinturault !

Coupe du monde de ski alpin
Alice Robinson, seulement 17 ans, s'est adjugé son premier succès en géant à Sölden (Autriche). Crédit : [RedBull Content Pool].

Et ce sont les femmes qui ont eu l’occasion d’ouvrir le bal. Les favorites pour le général étaient presque toutes au rendez-vous. Shiffrin, Brignone, Worley, Vhlova, Rebensburg, sont dans le coup au terme de la première manche. Et il y a aussi cette jeune là, qui est deuxième, Alice Robinson. Elle a 17 ans, bientôt 18, et tient tête à toutes ces monstres. Elle va même avoir le cran de battre la reine Shiffrin au prix d’un second run sans faute. La néo zélandaise décroche ainsi son premier succès en Coupe du monde. Elle qui ne s’est révélée qu’il y a six mois, en terminant 17e du géant des Mondiaux d’Are. Suite à cela, elle avait pris la deuxième position du géant de Soldeu.

Elle tape d’ores et déjà du poing sur la table en empochant ce succès qui en appelle d’autres. Shiffrin et Worley sont montées sur les deux autres marches du podium.

 

Coupe du monde de ski alpin
Alexis Pinturault a remporté le premier slalom géant de la saison et mis les points sur les i. Crédit : [AFP].

Du côté des hommes, belle mise au point également. Alexis Pinturault a régné sur la piste autrichienne, remportant les deux manches avec un ski fluide. Mathieu Faivre, son compatriote, le suit au classement et débute formidablement bien sa saison malgré une préparation compromettante. Alors ce n’est que la première course de la saison, mais Pinturault a déjà envoyé un signal à ses concurrents. A la fois ceux pour le globe de géant (Meillard, Olsson, Odermatt, Kristoffersen) hormis Zan Kranjec (3e dimanche) mais aussi ceux pour le gros globe en reléguant Henrik Kristoffersen mais aussi dans un certain sens Dominik Paris (plus spécialiste de la vitesse).

Belle entame de saison, riche en émotions, qui annonce d’autres grandes étapes, à commencer par celle de Levi (Finlande) avec le premier slalom le week-end des 23 et 24 novembre.

 

Etienne GOURSAUD et Mathéo RONDEAU       

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article