[Top 3 du week-end] : Coupe du monde, cyclisme, Ligue des champions handball

Le Japon a créé la surprise en se qualifiant pour les quarts de la Coupe du monde de rugby.

Le Japon a créé la surprise en se qualifiant pour les quarts de la Coupe du monde de rugby.

RUGBY, Coupe du monde : Le bilan de la phase de groupes

Le vendredi 20 septembre, le Japon ouvrait sa Coupe du monde contre la Russie par une difficile victoire, au forceps (30-10). Sans doute la pression de tout le pays du Soleil Levant sur les épaules du XV nippon était dure à porter. Quatre week-ends plus tard, ces mêmes Japonais triomphent à Yokohama après avoir battu l’Ecosse (28-21). La raison ? Ils sont qualifiés pour les quarts de finale et c’est la première fois de leur histoire. Et à la première place qui plus est ! Puisqu’il faut souligner le sans faute des Brave Blossoms, également tombeurs du Samoa (38-19) et surtout de l’Irlande (19-12), au terme d’un match sensationnel tant en intensité qu’en engagement. De quoi faire penser que le nul réalisé par les Bleus de Guy Novès en novembre 2017 contre les Japonais (23-23) n’avait rien d’une catastrophe…

Alors que le XV du Trèfle limite les dégâts en décrochant tout de même la seconde place du groupe A, l’Ecosse, elle, paie son inconstance et son manque d’agressivité des arrières.

La poule B, c’était prévu, allait se jouer dès le premier week-end de compétition, avec la rencontre digne d’une finale entre All Blacks et Springboks. Le duel a tenu toutes ses promesses et a permis d’effectuer une sorte de visite médicale d’arrivée des deux formations. S’il y avait des doutes quant aux performances à venir des doubles champions du monde en titre, ils y mirent rapidement un terme en donnant une leçon de réalisme à des Boks méritants (23-13). L’ordre était établi. Pareil du côté de la poule D, dans laquelle le Pays de Galles a remporté la « finale » contre l’Australie (28-25). Les Fidjiens n’eurent malheureusement pas leur mot à dire, malgré de belles promesses en première mi-temps à chaque fois.

Rapidement le suspens a été tué dans le groupe C. Les Français, en battant l’Argentine d’entrée de jeu (23-21), s’étaient rendus la tâche plus simple et malgré de pâles succès, s’offraient la qualification sans avoir à jouer l’autre qualifié, l’Angleterre, vainqueur lui plus brillant, à cause du typhon Hagibis.

On pourra donc dire que la logique aura été globalement respectée lors des premières semaines de ce neuvième Mondial et que, jusqu’à preuve du contraire, tout reste à faire, que ce soit pour les Bleus (du pain sur la planche) ou pour les Blacks.

De cette phase de poules riche en temps de jeu et en mouvement et des éliminés, on retiendra la joie des Uruguayens après leur succès contre les Fidji, la fierté des Russes, Namibiens, Américains ou autres Canadiens, mais encore les déblayages rugueux des Samoans et Tongiens (ironie). On a déjà vu un beau feu d’artifice, on ne demande qu’à voir le bouquet final.

 

CYCLISME : Bye-bye 2019, vivement 2020 !

 

Voilà, c’est fini (ou presque). Si l’on excepte le chrono des Nations qui se disputera le week-end prochain, la saison cycliste européenne s’est refermée dimanche par la deuxième classique des feuilles mortes après le Lombardie, Paris-Tours. C’étaient donc les derniers coups de pédale de nombre de coureurs en course cette année. Et ils semblaient loin de voir s’arrêter là.

Dépourvu de véritable favori mais disposant d’abondantes ressources en terme de prétendants à la victoire, le Tour de Lombardie est tombé samedi dans l’escarcelle de l’un d’entre eux. Cependant, Bauke Mollema était loin d’être le plus surveillé. Alors que la montée du Civiglio se faisait par à-coups et que les Roglic, Valverde ou Woods s’observaient, c’est le néerlandais qui a placé la banderille la plus puissante et qui a joué son va-tout. Le round d’observation avait été trop long, et malgré les nombreuses tentatives de Pierre Latour, le groupe des poursuivants entamait le San Fermo avec une quarantaine de secondes de débours. Suffisant pour Mollema, qui s’adjugeait à Côme son premier Monument, avec la manière, devant Valverde et Bernal. Une victoire de plus pour l’équipe Trek-Segafredo qui marche sur l’eau en ce moment après le titre de champion du monde que s’était adjugé Mads Pedersen il y a quinze jours.

Agrémentée pour la deuxième année de chemins de vigne, Paris-Tours a sacré dimanche pour la seconde fois Jelle Wallays (Lotto-Soudal), lauréat en 2014 sur l’ancien parcours devant Thomas Voeckler. Il a su dompter le vent et les crevaisons, qui ont été les pièges à éviter tout au long de cette journée. Alors que le tenant du titre Kragh Andersen était sorti à plus de 60 bornes de l’arrivée, c’est le Belge Wallays qui, intercalé entre lui et le peloton à une trentaine de kilomètres de Tours, a profité du changement de roue du Danois pour prendre la tête des opérations et ne plus jamais s’en dessaisir. Les vaines attaques de Terpstra, Naesen ou Démare n’y changèrent rien, Jelle Wallays pouvait lever les bras et exulter Avenue de Grammont.

La saison 2019 a vu ses dernières scènes de joie, ses dernières chutes et ses dernières défaillances. La saison 2020 va rapidement prendre le relais, et on y songe depuis ce midi et l’annonce du parcours du Tour de France. Vivement 2020 !

 

Ligue des Champions de handball : 100% pour Montpellier et le PSG.

 

On le pressentait (lire notre hebdo-prono de vendredi), Montpellier avait un coup à jouer à Kielce, dans la quatrième journée de Ligue des Champions. Les hommes de Patrice Canayer n'ont pas déçu en s'imposant 29-27 en Pologne. Un troisième succès de rang (le second à l'extérieur !) et ce sont bien les Montpelliérains qui font la grand opération du week-end dans cette seconde poule haute. Au delà de la victoire, c'est l'impression laissée qui est excellent. A l'extérieur, Montpellier n'aura jamais été mené au score gérant une avance qui sera souvent restée entre 2 et 4 buts. Le Tunisien Mohammed Soussi a été le meilleur marqueur de Montpellier, avec 6 buts. Les gardiens se sont mis en évidence, surtout sur les sept mètres (4/8). Deux ans après son sacre européen, peut-on voir la bande de Valentin Porte jouer les premiers rôles ? Du moins ils s'y éclatent depuis le début, en contraste avec un début de championnat plus moyen. La Coupe d'Europe comme bouffée d'oxygène dans l'Hérault désormais troisièmes.

Et peut-on voir la France briller comme il y a deux ans ? Car le PSG handball, poursuit son sans-faute. Accrochés durant le début de rencontre, les hommes de Vincent Gérard se sont ensuite montrés très autoritaire pour s'imposer 27-18 face à Celje. Un succès qui les place en tête de la poule. Quatre matchs quatre victoires en Ligue des Champions et un 11e succès en autant de matchs toutes compétitions confondus. Paris se balade un peu partout ou il pose les pieds. Mais on le sait pour les Parisiens, la vraie compétition débute en 2020. Soit en 8e, soit en quart s'ils tiennent leur première place. On en saura déjà plus le week-end prochain et un déplacement explosif sur le parquet du grand FC. Barcelone. Une chose est sûre, le PSG doit arrêter d'être champion d'Europe des matchs de poule, pour devenir le vrai champion d'Europe. Un titre qui leur échappe encore et toujours.

Mathéo Rondeau et Etienne Goursaud

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ivan 17/10/2019 11:32

Franchement, je ne m’attendais pas à ce que les Nippons puissent accéder aux quarts de finale. En tout cas, ils ont complètement déjoué les pronostics. Si cela t’intéresse, je consulte souvent des sites de sport comme : https://www.clicnscores.fr , pour suivre les scores des matchs du Mondial de rugby 2019. Selon moi, les hommes de Jamie Joseph devront sortir le grand jeu contre les Springboks pour conserver une chance de remporter la compétition.

17/10/2019 23:15

Ce n'est pas une si grande surprise. C'est une nation en grand progrès. Et l'Ecosse est un peu dans le dur depuis 2 ans. La vraie surprise c'est la victoire contre l'Irlande. Après oui, c'est clair, faudra être très fort pour les Japonais pour accéder aux demi-finales. On fait une présentation demain des quarts !