Bilan Mondial de rugby, le joueur : Josh Adams, plus le temps de poireauter

Dernier thème de notre debrief de la Coupe du monde de rugby, le joueur ! On retient la sacrée performance de Josh Adams, l'ailier gallois, auteur de sept essais et donc meilleur marqueur de la compétition. Peut-être pas le meilleur joueur, mais auteur avec certains autres d'une grande partition. 

Coupe du monde de rugby 2019
L'ailier gallois Josh Adams a terminé meilleur marqueur de cette Coupe du monde, avec sept essais. Crédit : [Rugbyrama].

Oui, vous avez bien lu. Pas de Cheslin Kolbe, ni de Beauden Barrett ici pour évoquer le joueur, du moins un des joueurs qui a marqué cette compétition. Marquer, d’ailleurs, Josh Adams sait bien le faire, et on a pu le voir à l’œuvre avec le Pays de Galles durant le dernier mois et demi. Alors bien sûr, c’est un ailier, il a eu des adversaires simples en poule, mais son rôle dans l’équipe du Poireau a été primordial. En effet, Adams a inscrit sept essais durant le tournoi, de l’ouverture face à la Géorgie à la petite finale contre la Nouvelle-Zélande. Il fait et fera désormais partie des joueurs clés de l’effectif du successeur de Warren Gatland (dont on ne connaît pas encore le nom), avec entre autres Alun-Wyn Jones, Josh Navidi, Gareth Davies ou Jonathan Davies. Et pourtant, sa place était loin d’être faite il y a de cela encore quelques mois.

Coupe du monde de rugby 2019
Josh Adams se révèle aux yeux de tous contre l'Angleterre l'hiver dernier lors du Tournoi, inscrivant un essai salvateur. Crédit : [PA].

 

Une progression exponentielle

 

Présent depuis 2015 dans l’effectif de Worcester, Josh Adams peine à se montrer. Il lui faudra devenir un temps meilleur marqueur de Premiership durant l’hiver 2018 pour taper dans l’œil du sélectionneur et jouer un match de Tournoi des VI Nations la même année. Il confirme ses bonnes prestations en club durant la tournée d’été en Argentine (allez regarder son essai contre les Pumas, assez sensationnel). Malheureusement, l’ailier profitait en fait jusque-là des nombreuses absences pour être titulaire. Mais il l’a finalement gagnée dès l’entame du Tournoi cette année. Présent sur les cinq rencontres, il y marque trois essais dont un qui va valider sa progression à vitesse grand V. Face à l’Angleterre, il récupère dans les airs et dans les bras d’Eliott Daly un jeu au pied de Biggar et scelle la victoire qui permettra au Poireau de faire une bonne partie de la différence pour le Grand Chelem.

 

Proche des records  

 

C’est donc en toute logique qu’il entame le Mondial japonais titulaire au poste d’ailier gauche. Il marque son premier essai contre la Géorgie suite à un superbe mouvement 9, 10, 11, avec un retour intérieur de Biggar pour lui qui arrive lancé comme un frelon. Les Gallois inscrivent quatre essais contre les Fidji, trois pour le compte de Josh Adams : une récupération de chandelle de Biggar à la lutte avec Volavola, une finition parfaite à gauche et enfin à la conclusion in extremis d’un formidable déboulé de Jo Davies. Il aplatit à nouveau face à l’Uruguay, mais est muselé contre la France en quarts. Adams est décisif en demi-finale, puisque c’est lui qui inscrit l’essai qui permet aux siens de revenir à égalité avec les Boks et de rester dans le coup. Cela ne suffira pas, il faudra se contenter de la finale pour le bronze. Une rencontre durant laquelle Adams sera hyper remuant. Pourquoi ? Parce qu’il a un éventuel record à aller chercher, celui des huit essais de Lomu (1995), Habana (2007) et Savea (2015). Il s’arrêtera à sept unités, auteur d’un seul essai contre les Blacks.

Coupe du monde de rugby 2019
Auteur d'un triplé lors de la rencontre contre les Fidji, Josh Adams a démontré un fort caractère pour marquer le plus possible. Crédit : [Alamy Live News].

 

Un sacré caractère

 

Plus que d’avoir inscrit des essais, le futur ailier des Cardiff Blues s’est affirmé comme un joueur au caractère bien trempé. Il tient énormément le ballon (60 courses pendant la compétition), est primordial dans les sorties de camp, mais pense aussi à ses coéquipiers (23 passes, 3 offloads). Il a bien évidemment des qualités techniques (18 franchissements, 16 défenseurs battus) mais n’hésite pas non plus à aller au charbon pour aider ses avants. En demie contre l’Afrique du Sud, il est allé pousser avec le pack avant ensuite de s’écarter pour inscrire l’essai. Pareil contre les Blacks pour la petite finale. Sa septième réalisation, il la marque sur une séquence de pick and go, fonçant droit sur les avants néo-zélandais.

Josh Adams termine donc meilleur marqueur de la Coupe du monde, mais il n’en aura pas été le seul joueur incisif. On retiendra entre autres les performances des Japonais Matsushima et Fukuoka, des Sudafs Du Toit ou Kolbe, mais aussi de Maro Itoje et de ses compatriotes sécateurs Underhill et Curry. De manière un peu plus subtile, on aura remarqué les belles performances de Matt Toomua (Australie), Ardie Savea (Nouvelle-Zélande), Jamie Ritchie (Ecosse) ou Semi Radradra (Fidji).

 

Mathéo RONDEAU

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article