Coupe du monde de biathlon : Huit questions pour une saison

Coupe du monde de biathlon
En plein doute. C'est un peu de cette manière que l'on avait suivi la saison de Martin Fourcade lors de l'hiver 2018-2019. Cette année, place au rebond ? Crédit : [AP].

C’est reparti ! La Coupe du monde de biathlon reprend ce week-end pour quatre mois d’émotions fortes, à travers le continent européen, et avec en point d’orgue les Mondiaux Italiens d’Antholz-Anterselva (13 au 23 février 2020). De la nuit suédoise d’Ostersund à la folie des grandeurs norvégienne d’Holmenkollen en passant par le public festif du Grand Bornand, les biathlètes vont se disputer le tant convoité globe de cristal, remporté la saison passée par Johannes Thingnes Boe chez les hommes et Dorothea Wierer chez les dames. Le niveau est plus que jamais relevé pour cette saison, et il est difficile comme rarement de donner un nom au potentiel futur vainqueur du globe.

Martin Fourcade peut-il revenir au plus haut ? Lisa Vittozzi va-t-elle détrôner sa compatriote Wierer ? Autant de questions qu’il convient de se poser afin de mieux comprendre les enjeux de l’hiver à venir. Huit questions auxquelles nous répondons avec l’expertise de Mirko Hominal, propriétaire et rédacteur de Ski Nordique (voir ici), site spécialisé en biathlon et ski alpin, entre autres.

 

Le roi Martin Fourcade de retour ?

 

Après sept années au sommet du biathlon mondial, avec sept gros globes, Martin Fourcade est tombé la saison passée. Deux petites victoires, aucune médaille aux Mondiaux, son plus faible total depuis 2008-2009. Et ce à cause d’une préparation trop exigeante, qui lui a valu une panne de jambes tout au long de l’hiver. Le problème était assurément physique, car derrière la carabine, le natif de Céret performait comme à son habitude.

C’était donc avec impatience que l’on attendait son retour à la compétition il y a quinze jours à Sjusjoen. Et ce fut assez concluant. Troisième du sprint et vainqueur de la mass start, Fourcade s’est montré plus à l’aise sur les skis. Des performances qui restent à confirmer dès ce week-end, avec le relais et le premier sprint de la saison.

On croit sans problème au rebond du patron, lui qui reste le plus expérimenté et le mieux armé pour jouer la gagne 

 

L’avis de Mirko Hominal : Je pense, contrairement à pas mal de monde, que Martin Fourcade va nous faire une grosse saison. Peut-être pas aussi exceptionnelle que lors de ses très grandes années, mais je suis très optimiste.

 

Un doublé impossible pour Johannes Boe ?

Coupe du monde de biathlon
Rien n'a pu arrêter Johannes Boe la saison dernière, pas même la neige ni le vent d'Oberhof. Crédit : [DPA].

Il a cinq ans de moins que son principal rival Martin Fourcade, mais possède déjà la moitié du nombre de ses victoires (38) et est entré dans la légende la saison dernière, en remportant son premier gros globe ainsi que tous les petits, et en battant le record avec seize victoires sur un hiver. Johannes Boe revient cette année avec la possibilité de doubler la mise en décrochant un nouveau gros globe. Mais cela risque d’être un peu difficile.

Tout d’abord, sa préparation a été compromise par une blessure qui va probablement décaler sa montée en puissance physique. Ainsi, il est probable de le voir encore se tâter lors du premier week-end à Ostersund, comme à Sjusjoen. Aussi, il a d’ores et déjà déclaré forfait pour le mois de janvier, du moins pour une partie, de manière à profiter de la naissance de son premier enfant et à se préparer pour le mieux pour les Mondiaux d’Antholz.

Sans les trois étapes de début 2020, il ne devrait pas pouvoir jouer la gagne à cause du manque de points. Il reste néanmoins un candidat très sérieux au leadership dans cette Coupe du monde.  

 

L’avis de Mirko Hominal : Concernant Boe, je pense que son absence va peser à la fois comptablement mais aussi psychologiquement. Il semble prendre sa future paternité très au sérieux et honnêtement je me demande si au fond de lui il n’a pas déjà fait une certaine croix sur le général.

 

Qui pourraient être les révélations de la saison ?

 

De nombreux jeunes biathlètes auront leur carte à jouer cette saison. Les différentes nations vont les laisser évoluer peu à peu et il se pourrait bien que certains crèvent l’écran. L’an dernier, c’était notamment le cas de Vetle Christiansen, vainqueur d’une épreuve en Amérique du Nord. Cet hiver, le suédois Sebastian Samuelsson devra prouver ses superbes performances de Pyeongchang aux J.O. Les jeunes Autrichiens, Allemands ou Français seront bien sûr à surveiller. Mais c’est peut-être de la jeune génération norvégienne que l’on peut attendre le plus. 

 

L’avis de Mirko Hominal : Pour moi le plus gros potentiel de la nouvelle génération se nomme Johannes Dale. Ce jeune Norvégien possède toutes les qualités pour réussir une grande carrière. D’ailleurs, dans son équipe, les jeunes très talentueux sont légions. A suivre aussi Felix Leitner, Sebastian Samuelsson, Fabien Claude et Emilien Jacquelin.

 

Un Français pour gagner la Coupe du monde ?

 

La contre-performance relative de Martin Fourcade lors de l’exercice 2018-2019 a permis à l’ensemble du clan tricolore de se montrer sous son meilleur jour. Antonin Guigonnat, 11e au général, Simon Desthieux, quatrième, et enfin Quentin Fillon Maillet, sur la troisième marche du podium. Le premier a décroché le bronze lors de la mass star des Mondiaux, le deuxième est passé à une demi-seconde de sa première victoire individuelle à Soldier Hollow, tandis que le troisième s’est sublimé pour aller chercher ses deux premiers succès en Coupe du monde et deux médailles personnelles aux Mondiaux. Cette année, Fillon Maillet semble encore faire partie des grands favoris, tout comme Desthieux, qui va tenter de lever pour la première fois les bras. 

 

L’avis de Mirko Hominal : Pour moi, le Français le mieux placé pour gagner le général est Martin Fourcade. Son expérience est immense, il sait comment faire. Sinon, je peux imaginer un Quentin Fillon Maillet réussir l’exploit mais c’est tellement difficile de gagner ce trophée, à la fois performer et rester en santé, que les pronos sont toujours un peu aléatoires.

 

La saison de l’avènement de Vittozzi ou de la confirmation de Wierer ?

Coupe du monde de biathlon
Dorothea Wierer et Lisa Vittozzi se sont rendues coup pour coup la saison dernière. Et c'est la plus expérimentée qui s'était imposé. Crédit : [LaPresse].

Infime. C’est ainsi que l’on aurait pu qualifier l’écart entre les deux Italiennes lors de la saison dernière. Et c’est vraiment à la régularité que le globe s’est joué. Dorothea Wierer ne s’est imposé qu’à trois reprises, une de plus que Lisa Vittozzi, et deux de moins qu’Anastasia Kuzmina. Cette dernière termina pourtant troisième du général. Wierer a l’expérience qui parle pour elle, et lorsqu’elle est à 100% au tir, c’est très dur de la battre. Mais désormais, Lisa Vittozzi a de moins en moins de défauts et parvient à jouer la victoire à tout moment. Le duel à déjà commencé à Sjusjoen il y a deux semaines, Wierer remportant la mass start et Vittozzi le sprint. Prometteur, surtout cette saison avec les Mondiaux d’Antholz, à domicile donc. 

 

L’avis de Mirko Hominal : Les Italiennes sont effectivement très impressionnantes. Je pense que ce duel interne leur permet de progresser et de travailler encore plus fort. Je me garderai de faire un pronostic entre les deux, on a vu l’an passé que tout s’est joué lors de la dernière semaine. Mais Vittozzi, plus jeune, qui continuera sa carrière jusqu’en 2026, a le temps de gagner un ou plusieurs globes.

 

Les reines des planches seront-elles à la fête ?

 

Aussi bien qu’il y a des reines de la carabine, il y a des reines des planches. Marte Olsbu et Denise Herrmann sont rarement capables de blanchir toutes les cibles, mais ont la particularité de filer sur la neige et de rattraper les secondes perdues sur le pas de tir. Olsbu a du attendre décembre 2018 et Nove Mesto pour décrocher les deux premiers succès de sa carrière, tandis que Herrmann a décroché à Ostersund en mars dernier son premier titre mondial. L’ancienne fondeuse est restée cependant trop irrégulière pour intégrer le Top 5 du général, contrairement à Olsbu qui avait échoué à quinze petits points du podium. Kaisa Makarainen, longtemps meilleure fondeuse des biathlètes, fait aussi partie de ces filles capables de gagner malgré plusieurs fautes au tir. Pourrons-nous les voir à l'oeuvre durant les prochains mois ? Probablement !  

 

L’avis de Mirko Hominal : Olsbu et Herrmann sont clairement deux candidates pour le général mais elles devront gagner en régularité au tir. Je serais plus optimiste pour la Norvégienne que pour l’Allemande. Quant à Makarainen, avec son âge avancé, durer sur la saison devient de plus en plus difficile.

 

Quelle récente révélation sera au plus haut cette saison ?

Coupe du monde de biathlon
Titrée aux Mondiaux sur l'individuelle, Hanna Oeberg a des chances de marquer la saison à venir. Crédit : [DPA].

Au contraire de la discipline chez les hommes, qui se bâtit depuis plusieurs décennies sur une succession d’hégémonies (Rötsch, Poirée, Bjorndalen, Fourcade), le biathlon féminin ressemble à une succession de courtes dominations de jeunes en devenir (Neuner, Domracheva, Berger, Koukalova, Dahlmeier). L’an dernier, une fois de plus, de nouvelles révélations sont apparues au fil de la saison. Paulina Fialkova l’avait commencé tambour battant, avant de faiblir une fois janvier passé. Marketa Davidova a remporté le sprint d’Antholz, ce qui lui a donné le lourd rôle de succéder à Koukalova en tant que leader de la délégation tchèque. Hanna Oeberg, titrée aux Jeux en 2018, continue de monter en puissance et pourrait bien exploser cette saison. 

 

L’avis de Mirko Hominal : Je vais miser sur Hanna Oeberg, elle me semble prête à jouer le général dès cette saison. La jeune Suédoise va skier plus vite, je pense, et le reste elle sait faire. Fialkova, plus âgée, est elle aussi candidate au Top 5, mieux je ne pense pas. Quant à Davidova, je n’y crois pas pour le moment. Laissons-lui déjà le temps de confirmer, ce qui n’est pas toujours aisé.

 

De quelle Française peut-on attendre le plus cette saison ?

 

On le savait, l’après Marie Dorin-Habert serait dur pour l’équipe de France féminine. La saison passée a été marquée par le manque de régularité des tricolores, avec comme satisfactions le bronze de Justine Braisaz sur l’individuelle des Mondiaux ou les trois podiums d’Anaïs Chevalier entre Nove Mesto et Oberhof. Mais on est loin des standards habituels, puisque les cinq meilleures Françaises ont terminé entre la 20e et la 26e place du général. La promesse est peut-être celle de Julia Simon, qui doit encore canaliser son énergie au tir pour faire moins d’erreurs et skier dans les temps des meilleures.

 

L’avis de Mirko Hominal : Pour les Françaises, qui restent en majorité sur une saison en dents de scie, Anaïs Bescond, avec son savoir et sa longue carrière, offre à mon sens les meilleures garanties pour un bon classement général, c’est clairement un objectif pour elle. Justine Braisaz, si elle retrouve son vrai niveau physique, a les moyens de tout casser sur quelques étapes. Sur une saison, il lui faudra passer un nouveau cap, mais comme Vittozzi ou Oeberg, elle a le temps.

 

Mathéo RONDEAU avec Mirko Hominal (Ski Nordique) 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article