Bilan Mondial de rugby, le match : Nouvelle Zélande/Afrique du Sud, le match qui a tout fait basculer

A partir de ce lundi jusqu'à vendredi, on revient sur la neuvième Coupe du monde de rugby, disputée au Japon, qui s'est terminée le week-end dernier avec la victoire finale des Springboks sud-africains contre l'Angleterre (32-12). Avec un thématique différente par jour. Aujourd'hui, on évoque le match qui a marqué ce Mondial, Afrique du Sud/Nouvelle Zélande, lors des phases de poules.

Coupe du monde de rugby 2019
Eben Etzebeth et ses coéquipiers Springboks sont tombés face aux Blacks en poule. Mais ce match était fondateur et les Boks ont parfaitement rebondi. Crédit : [EPA].

Ce n'est qu'un match de poule. En ce 21 septembre 2019, la coupe du monde de rugby commence à peine. Côté Français, on se remet tout juste de nos émotions d'un match intense face aux Argentins. Voilà que se profile le premier gros choc de cette coupe du monde : Afrique du Sud / Nouvelle Zélande. Une finale avant l'heure titrions nous à ce moment-là. Au final, la Nouvelle-Zélande allait s'imposer 23-13 au terme d'un formidable combat ! Un match fondateur pour les deux équipes. La Nouvelle-Zélande s'affirmait comme le grand favori à sa succession, tandis que l'Afrique du Sud ruminait son échec d'un match qu'elle aurait bien pu remporter. 

Les Sud-Africains ont appris de leurs erreurs

Une domination implacable des Sud-Africains pendant vingt minutes et on commence à se dire que l'exploit est possible. Oui les Blacks sont sur le reculoir et les Boks dominent. Incroyable début de coupe du monde. Au-delà de cela, les Boks enchantent en envoyant du jeu. Un régal de les voir évoluer pendant ces vingt premières minutes. Mais voilà, ils ne concrétisent pas et vont se faire crucifier en cinq minutes. Deux essais en contre. George Bridge puis Beauden Barrett. L'écart est creusé, 17-3. Malgré une belle réaction d'orgueil, mais encore trop inefficace, les Sud-Africains s'inclinent. On ne le sait pas encore, mais on vient d'assister au match où les Boks feront le plus de cadeaux de ce mondial. L'équipe enthousiasmante va alors se transformer en une équipe bien plus pragmatique. Tous les choix faits seront les bons par la suite. Occuper le terrain quand il le faut, faire jouer les avants pour user son adversaire. Ne pas négliger toute opportunité de prendre des points. Deux matchs, deux modèles. Tout d'abord le quart de finale contre le Japon, où les Boks vont d'abord étouffer l’enthousiasme japonais en première mi-temps, avant de le crucifier à partir de l'heure de jeu. Et bien sur cette finale contre les Anglais. La recette miracle ? Un paquet d'avant et une conquête irréprochable. Des joueurs qui avancent à chaque impact. Un sang froid à toute épreuve, incarnée par Handre Pollard (sauf peut être sur sa toute première tentative). 

Le moins qu'on puisse dire, c'est que la leçon Néo-Zélandaise a été bien apprise par les futurs champions du monde. Alors oui, d'un point de vue du jeu, ce n'est pas le plus emballant, mais cela a sans doute été un mal pour un bien dans la quête du plus beau des trophées du rugby mondial.

Les Blacks ont sans doute été trop confiants après

Dire que les All-Blacks redoutaient ce match n'était pas amplifier la réalité. En effet, les Néo-Zélandais abordaient la compétition avec quelques doutes, après un Rugby Championship raté (seulement 3e). On pouvait même dire que les Sud-Africains avaient les mêmes chances que leurs adversaires au moment du coup d'envoi. La victoire a pu rassurer les doubles champions du monde. Tellement que cela a pu masquer certaines réalités, certaines insuffisances ce jour-là. Et oui, malgré la victoire, ils ont été bousculés comme rarement dans un match de poule. Ils ne doivent leur salut qu'au manque de réalisme de leurs adversaires et deux séquences foudroyantes au bon moment. Si, contre l'Irlande, les All-Blacks ont dégagé une vraie impression de puissance, leurs limites ont sauté aux yeux contre les Anglais en demi-finale. Sauf que les Anglais se sont montrés bien plus impitoyables. Et nul doute que si les Blacks avaient recroisé la route des Boks "new-look", la punition aurait été la même ! 

Etienne GOURSAUD

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article