Biathlon, Ski alpin, de fond, Combiné Nordique : le débrief du week-end sports d'hiver : épisode 1

Coupe du monde de biathlon 2019 2020
La belle image de ce week-end, avec Johannes Boe vainqueur du sprint d'Ostersund devant son frère Tarjei. Crédit : [IBU].

Biathlon : On prend les mêmes et on recommence !

Le séjour à Ostersund est traditionnellement long lors des débuts de saison (une dizaine de jours), et il a mieux commencé pour certains que pour d’autres. Au programme du premier week-end de compétition, les relais mixtes et les sprints. Lors de ces courses d’entame, on a rapidement pu retrouver les cadors de la saison passée, et on a surtout pu faire un premier état des lieux des biathlètes sur la neige et sur le pas de tir.

Le relais mixte simple (6X1,2km) a été remporté par une paire Suédoise de haut niveau composée de Hanna Oeberg et Sebastian Samuelsson. A domicile, les Scandinaves ont réussi à rester à hauteur toute la course durant et Samuelsson a profité d’un dernier tir debout manqué de l’Allemand Erik Lesser pour s’offrir un dernier tour victorieux. Derrière les Suédois, on retrouve l’Allemagne (Preuss/Lesser), la Norvège (Roeiseland/Christiansen) et l’Ukraine (Merkushyna/Tyshchenko). La France de Julia Simon et Simon Desthieux est allé trop souvent sur l’anneau de pénalité, rédhibitoire pour jouer la gagne (7e).

 

L’Italie, d’abord dominatrice écrasante sur le relais mixte, a failli craquer à quelques centaines de mètres de la ligne d’arrivée. Lors des trois passages de relais, les Transalpins Vittozzi, Wierer, Hofer et Windisch faisaient la course en tête. Les deux premières, grâce à un récital, avaient offert à Lukas Hofer un matelas d’une minute d’avance sur le reste de la concurrence. Avance que les deux hommes ont conservé, mais de très peu. Car derrière, la Norvège des frères Boe menait l’assaut. Johannes Boe et ses compatriotes termineront à quatre secondes des vainqueurs. Belle troisième place pour les locaux Suédois (Persson/Brorsson/Nelin/Ponsiluoma). Les Français se sont vite retrouvés hors du coup à la suite des passages féminins (Aymonier/Bescond) et Quentin Fillon Maillet et Martin Fourcade n’ont pu qu’éviter le pire en restant dans les 10 (9e).

 

Dimanche, c’était le grand retour des courses individuelles, et l’éventuelle réapparition du duel Boe/Fourcade. Soyez rassurés, il a bel et bien eu lieu ! Le sprint a été remporté par Johannes Boe, qui renoue déjà avec la victoire, devant son frère Tarjei, et le Russe Matvey Eliseev, auteur d’un des seuls sans-faute de la journée. Loginov, dauphin de Boe au général la saison dernière, s’est montré dans le tempo en décrochant la quatrième position. Devant Martin Fourcade (5e, +28’’), qui semble avoir retrouvé ses jambes d’antan, malgré deux fautes sur le debout. Et pour cause, le septuple champion du monde a terminé dans les mêmes temps de ski que Johannes Boe, qui n’avait trouvé aucun adversaire de sa taille sur les planches l’hiver dernier. Cela augure de très bons jours. Sont également à remarquer les densités des équipes de Norvège et de France, avec quatre Norvégiens dans les 10 et cinq Bleus dans les 20. Une équipe tricolore qui n’a pas su faire moins de deux erreurs derrière la carabine.

Coupe du monde de biathlon 2019 2020
Dorothea Wierer, tenante du titre sur la Coupe du monde, a commencé la saison tambour battant, avec le sprint d'Ostersund. Crédit : [IBU].

Du côté féminin, le 7,5 km est tombé dans l’escarcelle de Dorothea Wierer, qui s’affirme comme la principale favorite à sa succession. Toujours aussi à l’aise sur le pas de tir, elle s’est montrée agressive sur les skis, faisant jeu égal avec Denise Herrmann (6e, +22’’, 9/10). Et pourtant, la Transalpine ne ressentait pas d’excellentes sensations. De quoi se faire du souci pour ses principales adversaires, comme Marte Olsbu Roeiseland (2e, +9’’, 8/10), la seule capable d’aller plus vite sur la piste, ou Lisa Vittozzi (70e, +2’33’’, 5/10), qui compte sûrement déjà sur le retrait des trois moins bons résultats de la saison en mars pour oublier cette mauvaise prestation. Paulina Fialkova, Kaisa Makarainen ont aussi déçu. Marketa Davidova (3e, +12’’, 10/10), est passé tout près de la victoire, qui s’est jouée pour elle sur le pas de tir où elle a pris beaucoup de temps. Côté français, excellente performance de Célia Aymonier (9e). Julia Simon (17e) et Anaïs Bescond (21e) ont livré une course rassurante, contrairement à Justine Braisaz (83e avec six erreurs).

 

La semaine se poursuit avec les individuelles mercredi et jeudi (16h15 à chaque fois), courses peu fréquentes mais très exigeantes, et avec les relais masculin et féminin le week-end prochain.

 

Ski alpin : Shiffrin écrasante, Dressen aux anges

 

Coupe du monde de ski alpin 2019 2020
Thomas Dressen a triomphé sur la première descente de la saison, à Lake Louise, un an après une grave blessure. Crédit : [RDS].

La tournée Nord-Américaine débutait à Lake Louise pour les messieurs, avec la première descente et le premier Super-G de la saison. On a retrouvé les mêmes hommes que d’habitude à l’œuvre pour jouer les premiers rôles, à savoir les Autrichiens, les Suisses, les Norvégiens ainsi que des Français ou des Italiens. Et, cela va de soi, c’est un Allemand qui a gagné la descente. C’est le jeune Thomas Dressen, qui, un an jour pour jour après une grave blessure en course, a dominé la piste Olympique pour s’adjuger son troisième succès en Coupe du monde. Tout cela devant Paris (+0’’02), Carlo Janka et Beat Feuz (+0’’26). Un classement par la suite sans vraie surprise, avec Adrien Théaux dans les 10 (+1’’12), Clarey et Muzaton dans les 20. La contre-performance est venue de Max Franz (28e), vainqueur ici même l’hiver dernier.

 

Mathias Mayer, double champion olympique, s’est lui imposé sur le Super-G. Il a tout simplement été au-dessus de tout le monde, à savoir notamment Dominik Paris (+0’’40), à nouveau deuxième, Vincent Kriechmayr et Mauro Caviezel (+0’49’’). Adrien Théaux s’est encore glissé dans le Top 10 (9e). Mayer revêtira le dossard jaune de leader le week-end prochain du côté de Beaver Creek.   

 

A Killington, lieu de retrouvailles pour les techniciennes, le géant a accouché d’une jolie première, tandis que le slalom s’est résumé à une démonstration de force de Mikaela Shiffrin. Le slalom géant a donc été remporté samedi par l’Italienne Marta Bassino, pour qui c’est le premier succès en carrière, devant sa compatriote Federica Brignone et Shiffrin. Le suspens était bien présent, et les écarts au terme de la course en témoignent. Gisin (4e, +0’’31), Worley (5e, +0’50’’) ou Rebensburg (7e, +0’98’’) sont sous la seconde. Alice Robinson n’a pas terminé sa première manche et laisse donc Shiffrin lui ravir le dossard de leader de la discipline.

Un dossard que l’Américaine porte très bien sur le slalom. Hier, elle a écrasé les deux manches, ce qui lui a permis de lever les bras pour la 62e fois de sa carrière, autant que Annemarie Moser Pröll. Petra Vhlova, une des seules à pouvoir rivaliser à l’accoutumée, s’est retrouvée à plus de deux secondes derrière. Anna Swenn Larsson complète le podium.

Au général, Shiffrin possède d’ores et déjà 192 points d’avance sur Michelle Gisin.   

   

Ski de fond : Klaebo/Johaug, c'est reparti pour un tour

 

Coupe du monde de ski de fond 2019 2020
Johannes Hoesflot Klaebo a recommencé sa moisson à Ruka ce week-end, avec deux succès en trois courses. Crédit : [Sportschau].

La saison de ski de fond a débuté à Ruka un peu comme elle devrait se dérouler tout au long de l’hiver. Les deux monstres Norvégiens y ont directement mis les choses au clair, remportant deux des trois courses du week-end.

Chez les hommes, c’est le phénomène Johannes Hoesflot Klaebo qui a d’abord écrasé le sprint classique vendredi (plus de quatre secondes d’avance). Certes, c’est sa discipline phare, mais il a montré une facilité déconcertante dans la principale montée du parcours. Le lendemain, sur le 15km classique, il a failli remettre le couvert. C’était sans compter sur Iivo Niskanen, le Finlandais, seul non Norvégien ou Russe du Top10. Enfin, hier, il a remporté avec panache la poursuite 15km libre, après être sorti du groupe de tête un peu après le départ. Il avait été repris, avant de l’emporter au sprint devant Iversen et Niskanen. Klaebo est déjà leader de la Coupe du monde.

Les Bleus ont vécu un week-end contrasté, entre la superbe troisième place de Richard Jouve sur le sprint et les mauvaises prestations sur les courses longues (meilleur français samedi Adrien Backsheider 56e, et dimanche Maurice Manificat 34e).

 

Même limonade pour Therese Johaug, victorieuse samedi et dimanche sur les deux courses longue distance. D’abord sur classique, devant Parmakoski, puis sur la poursuite libre devant ses compatriotes Weng et Jakobsen.

C’est Falla qui s’était adjugé le sprint classique vendredi, battant entre autres Stina Nilsson, Weng, Nepraeyeva ou Kalla. Cette année encore, le globe du sprint devrait être très disputé.

 

Combiné Nordique : Riiber, trimplement gagnant

Superbe triplé de la part du vainqueur de la dernière Coupe du monde, Jarl Magnus Riiber. Impeccable au saut à chaque fois sur le tremplin de Ruka, il a su tenir sa première place sur le fond lors des trois courses du week-end. Aucun des Norvégiens, des Allemands, des Autrichiens ou des Japonais n’a pu contester sa domination durant ce brillant week-end. Riiber compte déjà 120 points d’avance sur son dauphin et compatriote Oftebro. Graabak et Bjornstad suivent côté Scandinave. Geiger, Rehrl, Riessle, Frenzel ou Watabe sont déjà bien distancés.

Mathéo RONDEAU

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article