De belles promesses et des frenchies au top : le débrief du week-end sports d'hiver : épisode 3

Coupe du monde de ski de fond 2019 2020
Lucas Chanavat a posé de sérieux ennuis à Johannes Klaebo ce week-end lors du sprint libre de Davos. Crédit : [NordicFocus].

Les promesses du week-end : Lucas Chanavat et Emilien Jacquelin s'approchent des sommets

Dur dur de ne pas être Norvégien en ski de fond… Lucas Chanavat, 24 ans, est passé tout près de remporter la première course de sa carrière, samedi, à Davos. C’était lors du sprint en style libre, sa discipline phare, sur lequel il a seulement été battu par, excusé du peu, l’ogre Johannes Klaebo. Tout cela dans une station où, c’est lui qui le dit, le parcours lui convenait à merveille. Et ça s’est vu. En effet, Chanavat a d’entrée montré que c’était lui le patron de la piste, réalisant le meilleur temps des qualifications, avec trois secondes d’avance sur tout le monde. Même domination du quart de finale à la finale, en prenant les rênes de la course dès le start, il n’a jamais faibli, que ce soit sur la montée du parcours où sur le long plat.

 

Proches dans la vie de tous les jours, Chanavat et Klaebo se sont suivis durant toute l’après-midi, le Français devançant le Norvégien…jusqu’à la dernière course. A nouveau, le fondeur tricolore démarre pied au plancher, et seul Klaebo peut tenir le rythme. L’expérience parle pour ce dernier, qui prend l’aspiration de Chanavat juste avant le dernier virage. Le Norvégien le prend à l’intérieur, ce qui lui permet de déborder rapidement le Français. Sur la ligne, il n’y a que quelques centimètres d’écart entre les skis des deux sprinteurs. Deux centièmes de seconde les séparent. Lucas Chanavat n’avait « jamais été aussi proche » de lever les bras.

Mais au lieu de ressasser ses éventuelles erreurs, le jeune tricolore sort encore plus motivé de ce week-end suisse et pourra tenter de faire tomber son ami et rival Norvégien dès la semaine prochaine du côté de Planica. Klaebo l’extraterrestre semble avoir trouvé à qui parler sur le sprint, et on espère vivement que les échanges seront musclés sur la piste.

Coupe du monde de biathlon 2019 2020
Emilien Jacquelin est allé chercher son premier podium individuel en Coupe du monde lors de la poursuite d'Hochfilzen. Crédit : [NordicFocus].

Même âge, même objectif pour le biathlète français Emilien Jacquelin. Le natif de Grenoble est allé chercher ce week-end un premier podium en carrière, sur la poursuite d’Hochfilzen en Autriche. Membre à part entière de l’effectif bleu depuis le début de saison 2017-2018, Jacquelin s’était distingué jusqu’alors par une cinquième place sur le sprint d’Antholz-Anterselva en 2018. Depuis, il s’était toujours montré régulier mais il lui manquait souvent quelques secondes pour aller jouer les meilleures places. En ce début de saison il a, comme l’ensemble de la délégation tricolore, pris une autre dimension à skis, discipline sur laquelle il a beaucoup travaillé cet été. Comme Julia Simon chez les filles, il a probablement le meilleur potentiel derrière la carabine, mais n’a pas véritablement su faire jouer ses qualités. Jusqu’à samedi.

 

18e du sprint et positionné à un écart très convenable par rapport à Boe au vu de sa prestation sur le pas de tir (8/10), Emilien Jacquelin a tout simplement réalisé la course parfaite. Propre sur les deux couchés, il s’est très rapidement replacé dans le bon groupe, celui des chasseurs du Norvégien, dans lequel on retrouvait les Desthieux ou Fillon Maillet. Toujours aussi solide sur le premier debout, il s’offrait d’une part la possibilité de réaliser le 20/20 et de l’autre celle d’aller chercher son premier podium. Avec un sacré cran, il a su rester concentré et n’a pas tremblé pour blanchir les cinq dernières cibles et s’offrir un dernier tour de rêve avec Jakov Fak et Simon Desthieux. Mais rien n’était encore fait, puisque ce trio allait lutter pour une place sur la boîte.

 

Et c’est dans la principale difficulté que Jacquelin a exprimé la rage qu’il avait en lui, emboîtant le pas à Simon Desthieux. Mètre par mètre, son attaque portait ses fruits. Fou de joie en traversant la ligne d’arrivée, jetant son bâton par la même, c’est un autre sentiment qui semblait prédominer une fois la cérémonie des fleurs arrivée. Envolé le Emilien blagueur, c’était un Emilien ému et sans doute impressionné par l’honneur qui lui était fait qui l’avait remplacé. Nul doute que ce ne sera pas le dernier podium d’Emilien Jacquelin. Septième du général après ces deux premiers week-ends, il aura à cœur de briller à domicile au Grand-Bornand, dès la semaine prochaine.

 

Les maestros du week-end : Johannes Boe brille, Perrine Laffont scintille

Coupe du monde de biathlon 2019 2020
Johannes Boe a réalisé un superbe triplé ce week-end en Autriche, avec le sprint, la poursuite et le relais masculin. Crédit : [Eurosport].

Le 2019 de Johannes Boe ressemble à une razzia. Ce week-end, on a pu voir toute la palette du Norvégien, vainqueur du sprint, de la poursuite et du relais hommes ! Sur sa discipline phare, le sprint, Boe s’est imposé assez facilement malgré une erreur. Parti avec une faible avance pour la poursuite, il a surclassé la concurrence grâce à un sans faute au tir. Chirurgical derrière la carabine et presque imbattable sur les planches, il s’est offert une course tranquille, seul du début à la fin. Vainqueur de sa troisième course individuelle (sur quatre) depuis l’entame de la saison, le scandinave a terminé devant Loginov et Jacquelin et, sans un dernier tour par-dessus la jambe, il aurait très bien pu le faire avec une minute de marge.

Il aurait pu arrêter son week-end après cette victoire personnelle, mais il a fallu qu’il fasse gagner le relais Norvégien. Hier, c’est lui qui a fait la différence lors du dernier échange. Sorti du pas de tir avec treize secondes de retard sur l’Allemand Benedikt Doll, il a sorti un dernier tour magistral et a remporté le sprint final. Brillant, et d’autant plus prometteur, face à des concurrents plus nombreux que l’an passé.

 

Mais quand s’arrêtera donc Perrine Laffont ? Tenante du titre sur la Coupe du monde de ski de bosses, elle a d’ores et déjà assommé le général de la compétition avec trois victoires sur les trois premières épreuves de la saison. A celle de Ruka la semaine passée, on peut ajouter les deux de Thaiwoo (Chine) le week-end passé. D’abord en individuel, où elle a écrasé la compétition avec plus de 80 points devant Galysheva et Dufour-Lapointe. Puis en épreuve de face à face, lors de laquelle elle a surclassé ses adversaires à n’importe quel tour. D’une propreté absolue, ses runs se sont enchaîné sans difficulté, au contraire de ses vis-à-vis.

Laffont compte le double de points de sa dauphine Jaelin Kauf. C’est autrement plus serré chez les hommes. Bien que Mikael Kingsbury soit toujours aussi redoutable, il n’a que 40 unités d’avance sur Horishima. Benjamin Cavet, troisième du général, s’est offert deux podiums ce week-end (3e en simple, 2e en duel).

Les Français du week-end : Pintu vainqueur à Val d'Isère, Manificat de retour

 

Le talent des grands sportifs et d’être capable de rebondir à la suite de contre performances. Alexis Pinturault a parfaitement prouvé hier qu’il faisait partie du gratin des sports d’hiver. Il a survolé le slalom de Val d’Isère, après avoir skié loin de la gagne à Beaver Creek sur le géant et à Levi sur le slalom. Il a parfaitement su dompter la Face de Bellevarde pour s’imposer pour la seconde fois de la saison, devant André Myhrer et Stefano Gross. Le duel face à Henrik Kristoffersen fut légèrement tronqué par le fait que le Norvégien soit sorti en première manche et ait par conséquent perdu près de trois secondes. Malgré tout, le scandinave a failli aller chercher le podium et même mieux. Quoiqu’il en soit, ce qu’à montré Pinturault est très fort et bien entendu prometteur pour les semaines à venir. Il a même pu reprendre le dossard jaune de leader du général.

 

Coupe du monde de ski alpin 2019 2020
Alexis Pinturault a surclassé le slalom de Val d'Isère. Il signe là son deuxième succès de la saison. Crédit : [AFP].

 

La voilà, la grosse performance collective des Bleus du fond en longue distance. Sur le 15 km libre de Davos, remporté par Krueger devant Ustiugov et Cologna, les tricolores ont réussi un superbe résultat d’ensemble. Le leader de la délégation Maurice Manificat s’est approché de la boîte (5e), terminant à 34 secondes de la tête. Clément Parisse (12e), Jean-Marc Gaillard (13e) et Adrien Backsheider (14e) sont entrés dans le Top 15 et sous la minute de retard. Plutôt spécialiste du sprint, Renaud Jay (19e) s’est très bien débrouillé, tout comme le jeune Hugo Lapalus (23e). Manificat, difficilement reconnaissable durant les premières épreuves, s’est totalement retrouvé et peut rapidement prétendre à reprendre sa place sur les podiums longue distance.

Et il n’y a pas que chez les hommes que la France est dans le haut de tableau, puisque Delphine Claudel est allé chercher son meilleur résultat en carrière sur le 10km libre, avec une très belle treizième position.

 

Les bonus du week-end : 

La Coupe du monde de ski alpin féminin faisait escale à St-Moritz ce week-end, pour un Super-G et un slalom parallèle. Les Italiennes se sont montrées reines de la vitesse samedi, avec un succès de Sofia Goggia devant Federica Brignone et Mikaela Shiffrin. Alors que l’Américaine reste largement en tête du général, c’est Petra Vhlova qui a pour la première fois de la saison levé les bras sur le parallèle, devant Swenn-Larsson et Gritsch.

Toujours en Suisse, côté ski de fond cette fois, Therese Johaug a encore dégainé et s’est offert le 10km devant Weng et Diggins. Sur le sprint, c’est la toute jeune suédoise Linn Svahn qui a décroché la première victoire de sa carrière, devant Falla et Caldwell.

Aussi à la fête en biathlon du côté féminin, la Norvège a remporté le relais, Ingrid Tandrevold terminé deuxième du sprint et Tiril Eckhoff levé les bras sur la poursuite. Course où on a pu voir les Bleues aux avant-postes (Braisaz 4e, Bescond 6e, Aymonier 10e).

 

Montafon, c’était le lieu où se déroulait la nouvelle étape de skicross. On retiendra la quatrième place de Terence Tchiknavorian côté Bleu et le succès du suisse Ryan Regez devant de nombreux Canadiens. Chez les femmes, Marielle Thompson a devancé Sandra Naeslund. Quant au snowboardcross, il faut noter les succès d’Alessandro Haemmerle et d’Ema Samkova. 

Enfin, Scotty James et Queralt Castellet ont remporté la première épreuve de snow half-pipe de la saison à Copper Mountain.

 

Mathéo RONDEAU

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article