Handball : Les Françaises peuvent y croire !

France-Allemagne mondial de hand 2019
La France a haussé le ton contre l'Allemagne et devra reproduire un même match face aux Danoises [Crédit : France TV

Il y a eu péril dans la demeure ! Oui la maison France a tangué. Tenantes du titre, les joueuses d'Olivier Krumbolhz se sont d'abord fait surprendre contre la Corée (27-29) avant de concéder le nul face au Brésil (19-19), un adversaire que les Bleues avaient battues de onze buts, quelques jours auparavant en préparation. Deux matchs, et comme une impression de ne pas reconnaître cette équipe qui a marché durant deux ans sur le handball mondial. Insipides sur le plan offensif, et surtout sur les ailes, on pouvait légitimement être inquiet pour la suite de la compétition. Au pied du mur, la France doit gagner ses trois prochains matchs. Premier éceuil réussi contre l'Australie, sans doute l'équipe la plus faible de ce mondial (46-7). De la confiance retrouvée au moment d'affronter l'Allemagne, un des cadors annoncés de la poule. Et miracle, les Françaises ont retrouvé toutes leur vertus. Solidité, efficacité qui avait fait défaut en ce début de mondial. Au terme d'un superbe match au suspense insoutenable, les Bleues se sont imposées 27-25. Si le jeu est bien revenu, la France n'est pas encore qualifiée ! Il faut encore remporter le match de demain contre le Danemark. Un huitième de finale avant l'heure face aux Scandinaves, qui n'ont concédée qu'une défaite contre l'Allemagne. Il faudra faire aussi bien que contre les Allemandes. Mais il y a des raison d'y croire. 

La joueuse : Amandine Leynaud est au sommet de son art.

Si la France a gagné le droit d'y croire, elle le doit en grande partie à sa gardienne. Dans la plus pure tradition française, cette équipe possède une portière redoutable. A 33 ans, la joueuse de Gyor montre que les années n'ont aucune emprise sur elle ! Trois parties à 33% d'arrêts au minimum, curseur pour un très bon match. 33% contre la Corée, malgré les 29 buts encaissés. Un match où la punition aurait été plus sévère sans aucun doute sans Amandine Leynaud. Et que dire de ses 43% contre le Brésil où, sans elle, le mauvais match nul se serait transformé en une rédhibitoire défaite qui aurait fait tache, face à un adversaire logiquement inférieur aux Françaises. Elle n'a pas joué contre l’Australie, Catherine Gabriel a effectué 60% d’arrêts, mais contre un adversaire de bien moindre qualité. Avant de revenir de plus belle contre l'Allemagne, premier des matchs couperets. Au final 34% d'arrêts pour propulser les siennes vers le match référence. Au delà des statistiques brutes, ce sont les arrêts importants qui comptent. Comme contre les Allemandes, où elle a plusieurs fois empêché l'égalisation, à l'image de la précieuse interception en toute fin de rencontre. Si l'Allemagne n'a jamais mené, Amandine Leynaud n'y est pas étrangère. Une grande équipe doit avoir dans ses rangs une grande gardienne. La France a une grande gardienne. 

La défense : L'autre point rassurant !

80 buts en quatre matchs. La France n'encaisse que peu de buts. Une statistique certes gonflée par les sept buts encaissés face à une faible équipe d'Australie. Mais aucun matchs à plus de 30 buts encaissés c'est tout de même rassurant dans un secteur où il faudra encore être bon demain. C'est la satisfaction de ce mondial et le point fort des Bleues depuis les Jeux Olympiques. Oui l'assise défensive, incarnée par Alexandra Lacrabère ou encore Béatrice Edwige

Les points de progrès : L'animation offensive

On les a parfois senti sans solutions dès que les défenses mettaient de l'agressivité et ce fut encore parfois le cas contre les Allemandes. Les Françaises peinent dans l'animation offensive et en particulier sur attaques placées, où on a vraiment vu les Bleues en difficulté. Ce fut particulièrement vrai contre le Brésil, avec seulement 19 buts marqués et neuf en seconde mi-temps. Un problème gommé quelque peu gommé contre l'Allemagne (27 buts inscrits). Mais, alors qu'elles comptaient 5 buts d'avance, les Bleues sont un peu retombées dans leur travers. Sur le plan offensif, on attend encore ce match plein de la première à la dernière minute. C'est ce qu'il faudra faire contre le Danemark. On attend aussi une joueuse capable d'enquiller les buts. Estelle Nze Minko, sériale marqueuse à l'Euro, est pour le moment en souffrance offensivement. La meilleur buteuse sur un match est l'ailière Pauline Coatanea. Et depuis le début de la compétition, c'est Laura Flippes et Grâce Zaadi qui ont le plus scoré (12 buts chacune). Mais c'est un poil peu et c'est aussi ce qui explique pourquoi la France n'a pas su débloquer certaines situations. 12 buts c'est ce qu'a marqué la Coréenne Ryu contre les Bleues. On peut contrebalancer sur le fait que la danger vienne de partout, à l'image du match contre l'Allemagne, où presque toutes ont marquées. 

L'adversaire : Le Danemark.

Il ne faut surtout pas se reposer sur ses lauriers et remettre les ingrédients qui ont marché contre les Allemandes. Car c'est un nouveau gros morceau qui attend les Bleues. Un adversaire qui n'encaisse que peu de buts également (26 maximum lors de la défaite contre l'Allemagne). Rien d'insurmontable non plus. Ce n'est plus le Danemark dominateur entre 1995 et 2004, mais cela reste une redoutable formation. Une victoire des Bleues seraient une belle confirmation en plus de la qualification.

Bonus : Fiche match des quatre premières rencontres (source : IHF)

France 27

Corée 29

Mi-temps : 13-12. Arbitres : M.Sosa et C.Lemes. 

FRANCE: Les gardiennes : Leynaud (12/36), Gabriel (0/4). Joueuses : Nocandy (3/3), Coatanea (1/3), Ayglon, Bouquet (3/5), Pineau, N'Gouan (4/7), Zaadi (5/6), Sercien, Houette (1/3), Flippes (1/3), Kanor (2/5), Edwige (1/2), Nze Minko (4/8), Lacrabere (2/3).

COREE : Les gardiennes : Park (10/36), Kim. Joueuses : Kim (0/1), Choi, Shin (1/2) Won, Ryu (12/17), Han (1/2), Sim (2/10), Kang (3/4), Gwon (4/6), Lee (4/10), Jung, Kim, Yu (2/2)

France 19

Brésil 19

Mi-temps : 10-7. Arbitres : B.Lah et D. Sok (Slovénie).

FRANCE: Les gardiennes : Leynaud (12/28), Gabriel. Joueuses : Nocandy (1/2), Coatanea, Ayglon (1/3), Bouquet (3/4), Pineau, N'Gouan (0/1), Zaadi (2/3), Houette (1/1), Sercien (0/1), Flippes (3/3), Kanor (1/6), Edwige (3/3), Nze Minko (2/4), Lacrabere (2/4)

BRESIL : Les gardiennes : Arenhart (0/1), Arruda (5/22 et 1/1 au tir). Joueuses : De Paula (3/6), Martinez (0/1), Araujo (3/4), Rodrigues (3/4), Amorim (2/7), Araujo L. (1/1), De Castro (3/3), Viera (0/2), Menin, Anastacio, Matieli (2/4), Fachinello, Costa (1/2), Bolzan (0/1)

France 46

Australie 7

Mi-temps : 21-3. Arbitres : Y.Elsaied et H.Elsaied (Egypte).

FRANCE: Les gardiennes: Gabriel (11/18). Leynaud. Joueuses : Nocandy (4/5), Coatanea (7/7), Bouquet (3/6), Pineau (3/3), N'Gouan 6/6), Zaadi (1/1), Houette (3/3), Sercien (3/4), Flippes (5/7), Kanor (4/5), Edwige, Nze Minko (3/4), Niombla (3/3), Lacrabere (1/1).

AUSTRALIE: Les gardiennes : Harbort (2/20), Vernay (1/17), Thomas (0/12). Joueuses : Fallah (2/2), Meded (0/2), Potocki (4/11), Guignard (0/1), Player, McAfee (0/2), Boyd (1/3), Wood, Livingstone, Cooper (0/3), Mowat, Fitzgerald, Keyes.

France 27

Allemagne 25

Mi-temps: 14-12. Arbitres: I. Garcia et A.Marin (Espagne).

FRANCE : Les gardiennes: Leynaud (13/38), Gabriel. Joueuses : Nocandy (1/2), Coatanea (2/3), Bouquet (1/1), Pineau (2/4), N'Gouan (0/1), Zaadi (4/7), Houette (2/3), Sercien (0/2), Flippes (3/3), Kanor (2/6), Edwige (3/5), Nze Minko (2/2), Niombla (3/6), Lacrabere (2/3).

ALLEMAGNE : Les gardiennes : Eckerle (12/39), Roch. Joueuses : Berger (1/5), Grijseels (3/4), Schmelzer, Behnke (4/4), Naidzinavicius (2/6), Stolle (0/2), Zschocke, Bolk (8/10), Grossmann (1/2), Weigel (0/2), Lauenroth (1/2), Behrend (0/1), Minevskaja (3/6), Schulze (2/4)

 

Etienne GOURSAUD

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article