Rugby - [Top 3 du week-end] : Champions Cup, Mondiaux de hand femmes et Ligue 1

Rugby, Champions Cup : Le Racing 92, Clermont et Toulouse bien partis pour les quarts de finale

Champions Cup 2019 2020
Juan Imhoff et les Racingmens ont largement battu les Ospreys vendredi dernier. Ils sont leader de leur groupe. Crédit : [EPCR].

Les deux tiers de la phase de poules de la Champions Cup viennent d’être bouclés et on commence à avoir un véritable tableau des équipes qui rejoindront les quarts de finale en avril prochain. Parmi les huit formations qui obtiendront officiellement le fameux sésame lors des deuxième et troisième week-end de janvier pour les dernières journées, on retrouve trois clubs français. Eh oui ! Toulouse, Clermont et le Racing 92 ont fait un immense pas vers la qualif, comme le Leinster et Exeter qui ont quasiment validé leur première place de groupe. Pour rappel, les cinq vainqueurs de groupe puis les trois meilleurs deuxièmes rejoindront les quarts. Autant dire que c’est très bien parti pour les trois clubs tricolores cités au-dessus. Pour les trois autres clubs de l’Hexagone, Montpellier, Lyon et La Rochelle, ce sera impossible.

 

Ce fut donc bien un week-end de validation des acquis pour certaines équipes Françaises. A commencer par le Racing 92, vainqueur des Ospreys (40-27) à domicile. Un match foufou auquel les spectateurs de la Paris la Défense Arena sont habitués, avec onze essais. D’abord écrasants entre la dixième et la cinquantième minute (40-5, 53e), les Racingmens ont comme le week-end dernier levé le pied. Encore une fois, les Ciel et Blanc ont décroché le bonus offensif. Avec six points d’avance sur le Munster avec de recevoir la province Irlandaise, ils peuvent voir venir. Ecrasante, c’est aussi ce que l’on peut dire de la prestation de Clermont ce dimanche, contre Bath (52-26). Un bonus acquis dès la vingtième minute, une attaque de feu, l’ASM s’est parfaitement rassurée lors de cette double confrontation britannique. Lors de la prochaine journée, le volcan Marcel-Michelin accueillera la finale du groupe contre l’Ulster.

Champions Cup 2019 2020
Nemani Nadolo et le MHR n'a rien pu faire pour battre le Stade Toulousain samedi. Les hommes en rouge filent vers les quarts. Crédit : [AFP].

Le champion de France en titre toulousain est lui allé chercher une quatrième victoire en quatre rencontres européennes. C’était à nouveau contre Montpellier, mais en Hérault cette fois. Un succès de huit points (26-18) obtenu avec énormément d’opportunisme et de réalisme, avec le bonus offensif, dans une rencontre remplie de bonnes intentions mais ternie par de nombreuses erreurs techniques et surtout par la grave blessure de Louis Picamoles (rupture ligaments croisés). Le MHR n’est pas passé loin, mais a manqué trop d’occasions lors de phases de domination.

Autre victoire de prestige (emballons nous !), celle du Stade Rochelais sur le terrain plutôt dantesque de Glasgow (12-7). Les points ont été scorés dans le premier acte, avec deux essais de Jules Favre et Levani Botia. Les Maritimes ont enfin pu lever les bras, sauvent leur honneur, et restent malgré tout dans la course à la troisième voire la deuxième place de leur groupe.

Enfin, le LOU est tombé du côté de Trévise (22-25). Certes, il n’y a plus de honte à aller perdre de l’autre côté des Alpes, mais les Lyonnais ne se sont pas rendu la tâche facile en faisant beaucoup de fautes. Alors qu’il restait un petit espoir, les Rhodaniens sont désormais totalement hors course.

 

Pour conclure, rapide point sur la Challenge Cup. Avec deux équipes tricolores qui se sont encore approché des quarts : l’UBB, vainqueur d’Agen (33-6) ainsi que Toulon, tombeur des Irish de Londres (26-20). Castres, qui a battu Enisei-STM avec le strict minimum (22-10), est à deux points de la tête de sa poule mais va avoir une suite de calendrier chargée. Même programme pour Pau, qui a réalisé une belle prestation contre Cardiff (34-29) mais va devoir tout gagner. Ce sera trop court pour Brive qui a pourtant battu les Zebre (24-10). Bayonne et le Stade Français ont souffert et perdu contre les Scarlets (5-46) et Bristol (16-18).

 

Un sacre inédit pour les Pays-Bas bien gardées !

Pays-Bas mondiaux handball
Les Hollandaises ont dominées l'Espagne 30-29.

Le Handball féminin a un nouveau champion du monde. Comme tous les deux ans peut-on dire. Oui mais là, il s'agit d'un succès inédit ! Pour la première fois de leur histoire, les Hollandaises sont montées sur la plus haute marche mondiale. Une victoire inédite pour une finale inédite ! Car les Pays-Bas ont dominé l'Espagne (30-29). Les Espagnoles qui disputaient là leur première finale d'envergure. Un match étouffant au suspense insoutenable, où chacune des deux formations ont eues des occasions de faire basculer la rencontre. Mais au final, ce sacre n'est pas une surprise. Les Hollandaises se sont appuyées sur un poste clé, celui de gardienne. Impériale tout au long de la compétition, Tess Wester a encore réalisé une prestation éblouissante (12 arrêts à 32%). Là ou les deux gardiennes espagnoles, Silvia Navarro et Darly Zogby de Paula, n'ont jamais vraiment sues rentrer dans leur finale (21% d'arrêts à elles-deux). On le sait, une finale et en particulier une finale opposant deux équipes inexpérimentées et le détail se sera joué au poste de gardien de but.

Les Pays-Bas remportent leur premier titre majeur, quatre ans après leur révélation sur la scène mondiale, d'une première finale. Depuis, les Hollandaises sont toujours allées au minimum en demi-finale de chaque compétition majeure. Ce sacre est d'une logique imparable et vient récompenser ces quatre ans de présence sur l'échiquier mondial. Pour les Espagnoles, cette première peut en appeler d'autres. Cela devrait leur ouvrir l'appétit et donner envie de faire encore mieux sur les prochaines échéances.

Car, on est à moins de huit mois des J.O. et plus que jamais, cette compétition est ouverte entre les jeunes louves bien décidées à continuer de remettre en cause l'échiquier mondial (Espagne, Japon, Corée où encore les championnes du monde Hollandaises). Mais gare aux équipes revanchardes qui sont sorties du mondial japonais déçues et qui vont vouloir retourner au pays du soleil levant avec les dents aiguisées. On pense en premier lieu à la France, éliminée sans gloire au premier tour, en ayant été méconnaissable tout au long de la compétition. Les Françaises auront beaucoup à se faire pardonner aux J.O. Mais on peut penser également aux Russes et Norvégiennes, toutes deux favori de leur demi-finale dont elles se sont fait éliminées.

Football, Ligue 1 : Coup d'arrêt pour l'OM, le PSG s'envole et Lyon dégringole

Ligue 1 2019 2020
Kylian Mbappé et ses coéquipiers Parisiens ont étouffé Saint-Etienne à Geoffroy-Guichard (4-0) et conforté leur place de leader de la Ligue 1. Crédit : [AFP].

Nous voilà quasiment rendus à la mi-championnat et les grandes tendances sont visibles au classement. Le week-end dernier, l’écart entre le leader et la lanterne rouge s’est encore creusé. Et pour cause, le Paris Saint-Germain est allé écraser Saint-Etienne à Geoffroy-Guichard (4-0) avec un festival des Neymar, Mbappé et Icardi pendant que Toulouse et Nîmes ont à nouveau perdu. Le Téfécé s’est incliné pour la huitième fois de suite contre le Stade de Reims au Stadium (0-1) et les Crocos ont été mangés par de solides Canaris Nantais (0-1). Alors que Hauts-Garonnais et les Gardois sont bons derniers avec 12 points, les Rémois et les Nantais sont respectivement sixième (27pts) et cinquième (29pts).

 

Le PSG a donc pu reprendre un petit matelas d’avance (42pts contre 35 pour le deuxième) suite au match nul de l’OM sur le terrain de Metz (1-1). Menés à la pause, les Marseillais ont ramené un point de Moselle grâce à l’égalisation de Radonjic. C’est un léger coup d’arrêt pour les Phocéens, qui voient se rapprocher leurs poursuivants Lillois et Rennais. Les Dogues ont décroché une victoire au forceps contre de vaillants Montpelliérains (2-1) avec une superbe action de Renato Sanches. Un but dans les dernières minutes qui donne les trois points, comme celui d’Eduardo Camavinga, qui a crucifié l’Olympique Lyonnais au Groupama Stadium. Les hommes de Julien Stéphan enchaînent et retrouvent les sommets dix journées après avoir touché le fond. Ceux de Rudi Garcia ont vécu un véritable calvaire. Incapables de marquer, ils ont une fois de plus perdu à domicile et perdu qui plus est deux joueurs majeurs, Memphis Depay et Jeff Reine-Adelaïde, sur rupture des ligaments croisés. Six points du podium, autant de victoires que de défaites (7), la Juve en huitièmes de C1, autant dire que l’OL aurait difficilement pu faire pire en cette première moitié de saison.

 

Sinon, on aura eu un samedi soir assez pauvre en but, marqué par trois matches nuls. Nice a tenu en échec le Stade Brestois à Francis Le Blé (0-0), tout comme Dijon à Amiens (1-1) et Monaco à Angers (0-0). Enfin, les Girondins de Bordeaux ont été surpris par Strasbourg au Matmut Atlantique (0-1). Les Alsaciens se rapprochent de la première moitié du classement.    

 

Mathéo RONDEAU et Etienne GOURSAUD

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article