Handball : La chasse au Danois est ouverte (Euro 2020)

Nikola Karabatic et les Bleus auront fort à faire dans cet euro 2020

On y est ! Après les nombreux matchs amicaux, la part de bluff et les test, place à la vraie compétition, place à l'Euro 2020 ! Qui pour succéder aux Espagnols, sacrés en 2018 ? À première vue, c'est le Danemark, récent vainqueur de la Golden League et champion olympique et mondial, qui semble tenir la corde. Les Danois s'appuient sur un collectif solide et rodé, avec quelques individualités qui subliment l'équipe, comme Mikkel Hansen ou René Toft Hansen. Mais d'autres équipes peuvent-elle rivaliser ? Analyse de la compétition groupe par groupe ! Six poules de quatre, les deux premiers accèdent au tour principal (2 poules de 6 équipes). Les Poules A B C croisant entre elles et les Poules D E F entre elles. Pour la première fois, l'Euro se disputera à 24 équipes au lieu des 16 des formats précédents.

Poule A

Croatie / Biélorussie / Monténégro et Serbie

Dans une compétition ou remporter tous ses matchs de poule est important au moment d'accéder au tour principal, on peut dire que les Croates ont eu un peu de chance, sans manquer de respect aux autres équipes. Deux adversaires manquant d'expérience, comme la Biélorussie et le Monténégro et un autre en pleine reconstruction : La Serbie qui a subi une vraie rouste face à la France en Golden League. Le chemin de la première place semble tout tracé pour des Croates, certes plus aussi fort qu'il y a 10 ans, mais qui demeure une équipe redoutable. D'autant qu'ils risquent de gagner leur trois matchs et disposeraient alors d'un joker dans le tour principal.

Poule B 

République Tchèque/Macédoine du Nord/Autriche/Ukraine.

Difficile de dégager une équipe dans cette poule qui est sans doute la plus faible de la compétition. La République Tcheque sort d'une sixième place en 2018, mais n'est pas une équipe très régulière. En revanche, la Macédoine, n'a jamais connu de coup d'éclat, mais est toujours présente en phase finale de grande compétition. Peut-être l'opportunité de faire décoller enfin leur équipe. 

Poule C

Espagne/Allemagne/Lettonie/Pays-Bas

Une poule à deux vitesses entre les deux cadors Espagnols et Allemands et deux équipes plus modestes Lettons et Hollandais. Autant dire que la confrontation entre le champion d'Europe 2018 et le champion d'Europe 2016 va sentir la poudre. Bien sur, le vaincu (s'il y en a un) ne sera pas éliminé, mais il abordera le tour principal avec aucun droit à l'erreur. Dans cette configuration, l'Espagne affiche un peu plus de certitudes que l'Allemagne, de par sa constance à toute épreuve dans les grandes compétitions. 

Poule D

France/Norvège/Portugal/Bosnie.

La poule de la mort est pour la France ! Qui devra composer avec la Norvège, double vice-championne du monde et le Portugal, nation émergente qui a causé bien des misères aux Bleus en qualification, avec une victoire de +7. Mais là, on est à l'Euro, c'est du sérieux et les Bleus offrent des gages de sûreté. Deux bonnes Golden League de rang, des matchs solides et un effectif d'envergure. La Norvège devrait basculer en seconde position et le Portugal, malgré tous ses progrès risque tout de même de passer à la trappe

Poule E

Danemark/Hongrie/Islande/Russie

L'ogre et les prétendants. Si le Danemark semble se dégager dans cette poule E, le reste est non seulement de qualité mais très homogène. Il y aura forcément des déçus. Les Danois ne devront pas prendre ces matchs à la légère, car la contre-performance peut vite arriver. La Russie n'est plus au sommet du handball mondial, comme dans les années 90. Mais s'est fait une spécialité de couper les têtes. Mais l'Islande est également une grande nation capable d'aller loin dans les compétitions (finale des J.O en 2008). Mais gare également à la Hongrie. Mais en toute logique, ce sont bien deux équipes Scandinaves qui devraient finir aux deux premières places. Dans une poule homogène, il peut y avoir des dégâts.

Poule F

Suède/Slovénie/Suisse/Pologne

La Suède et la Slovénie se dégagent en force. En particulier les Suédois qui ont retrouvé une vraie belle équipe depuis quelques années. Eux aussi ont dominé le handball par le passé et ont réussi à se reconstruire. La Pologne elle a connu une grosse progression en 2014/2015, avant de retomber tout aussi brutalement. La Slovénie c'est une équipe qui s'inscrit souvent comme un poil à gratter, sans pour autant franchir cette marche qui rapprocheraient d'une finale. Pour les Suisses, ce sera plus compliqué d'exister dans une poule là-aussi assez dense. Les Suédois et Slovènes semblent se dégager.

Et la suite ? 

On peut se retrouver dans une configuration Croatie/Espagne/Allemagne/Monténégro/Serbie/République Tcheque et Suéde/France/Danemark/Slovénie/Islande/Norvège.

A l'instar du mondial 2019, les Français auront sans doute un tour principal très corsé, d'où l'importance de négocier déjà un premier tour compliqué de la meilleure des manières. Car toute cartouche brulée tôt, aura des conséquences indéniables sur la suite de la compétition. A ce stade tout n'est que supposition, mais les équipes qui sortiront en tête des poules, auront d'énormes chances d'accéder ensuite en demi-finale, dans la mesure où le tour principal risque d'être dense, avec possibilité que chaque équipe commette un faux-pas. La France, le Danemark, L'Espagne et la Croatie peuvent donc tenir la corde, ce qui peut donner un potentiel France-Espagne (revanche de la belle) et Danemark-Croatie en demi-finale. Ce ne sont que des suppositions, mais qui peuvent correspondre aux dynamiques actuelles. Le point d'interrogation principal sera sur les Croates, qui ont parfois gâchées des situations très favorables !

Mais seule la vérité du terrain compte.

Etienne GOURSAUD

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article