Biathlon, Mondiaux : merci pour ces moments

Mondiaux de biathlon 2020
C'est l'une des dernières images de cette quinzaine, ce très beau podium entre trois des quatre grands hommes des Mondiaux d'Antholz. Crédit : [NordicFocus].

Quelles émotions ! On pouvait s'attendre, en voyant ces Mondiaux arriver au cours d'une saison déjà incroyable, a vivre des épreuves de dingue, des duels de folie, ... Mais ce cru 2020 des Championnats du monde de biathlon, organisés à Antholz-Anterselva, a certainement dépassé toutes les attentes. Déjà pour la qualité de l'organisation et, bien évidemment, le splendide cadre proposé chaque jour au spectateur. En douze courses, le public a pu apprécier le paysage du Trentin-Haut-Adige, terre où, visiblement, il ne fait quasiment jamais mauvais temps. Mais les émotions ont surtout été celles procurées par les biathlètes, qui s'étaient mis sur leur 31 en cette mi-février pour offrir un spectacle de qualité. On retiendra bien entendu la fantastique performance de Marte Olsbu Roeiseland. La Norvégienne, qui ne comptait avant la compétition que quatre succès en carrière, s'est payée le luxe de remporter une médaille sur l'ensemble des courses qu'elle a disputé : l'or sur le sprint et la mass-start, le bronze sur la poursuite et l'individuelle. Sans oublier les relais, sur lesquels elle n'a fait que grimper sur la plus haute marche du podium. Avec sept médailles dont cinq titres, il s'agit sans contest de la grande dame de ces Mondiaux.

On ne pourra pas oublier non plus ses rivales de la semaine, et notamment Dorothea Wierer. La transalpine s'est montrée sous son meilleur jour en décrochant ses deuxième et troisième titres mondiaux (poursuite, individuelle), alors qu'elle avait semblé un temps accuser le coup en Coupe du monde cet hiver. Il ne restait donc que des miettes pour les autres concurrentes. Certaines ont surpris, comme Susan Dunklee et Lucie Charvatova sur le sprint inaugural ou de Vanessa Hinz sur l'individuelle. D'autres ont tenu leur rang avec une petite breloque, faute de mieux, à l'image de Denise Herrmann et Hanna Oeberg. Enfin, en retombant dans ses travers d'antan, la grande dame du début de saison Tiril Eckhoff s'est littéralement effondrée lors de ces Championnats du monde, avec comme seule satisfaction ses deux titres en relais. En ne marquant que très peu de points (59e sprint, 20e poursuite, 15e individuelle, 7e mass-start), elle a fait la mauvaise opération de ce mois de février. Sa compatriote Ingrid Tandrevold ou la locale Lisa Vittozzi ne furent elles non plus pas au rendez-vous.

Du rire au larme. C'est un peu comment caractériser la compétition pour la délégation française. La joie de l'équipe masculine, qui ramène sept médailles d'Antholz, contraste clairement avec la peine et les difficultés de leurs homologues féminines. En faillite au tir tout du long, elles n'ont quasiment jamais pu se battre pour une médaille individuelle, si l'on excepte la dernière belle course de Julia Simon. Le malheureux point d'orgue de ces Mondiaux ratés fut le relais, plombé par quatre tours de pénalité et 19 pioches (soit presque une balle sur deux), et conclu à la quatorzième place. L'un des seuls sourires féminins esquissés est venu d'Anais Bescond, bronzée sur le relais mixte simple en compagnie d'un Emilien Jacquelin qui s'est fait un nom en l'espace de dix jours. Proche d'accrocher une médaille sur le sprint remporté contre toute attente par Alexander Loginov, le tricolore de 24 ans a réalisé la course parfaite le lendemain, sur la poursuite. Avec un plein au tir, et une assurance folle sur les skis, il bat au sprint Johannes Boe pour décrocher par delà sa première médaille d'or solo, la toute première victoire de sa carrière (voir article du 16/02). Ce n'était pas terminé, puisqu'il allait chercher le bronze final sur la mass-start. 

Sans oublier l'or collectif sur le relais masculin. Une victoire mondiale qui attendait ce relais depuis dix-neuf ans. Profitant des erreurs Norvégiennes, les Bleus (Jacquelin, Fourcade, Desthieux, Fillon-Maillet) faisaient la différence sur l'Allemagne dans les derniers instants. Et là vinrent les larmes pour Martin Fourcade. Son treizième titre mondial, après son formidable retour en grâce et en or sur l'individuelle trois jours plus tôt. Son premier relais doré. Le Catalan est récompensé de ses efforts mentaux et physiques à l'intersaison pour revenir au plus haut. Ils ont payé (2 or, 1 bronze). Pour différentes raisons, les deux autres frenchies peuvent nourrir des regrets après les Mondiaux. Quentin Fillon Maillet décroche deux médailles d'argent individuelles, mais ambitionnait mieux. Que ce soit sur le sprint ou la mass-start, il lui manque une petite balle pour faire la différence. Simon Desthieux, lui, a éprouvé plus de difficultés en Italie. Il repart sans médaille mais avec une belle fin de semaine, marquée par la victoire sur le relais et une cinquième place sur la mass. 

Enfin, si Johannes Boe n'a pas fait des Championnats du monde un festin, il n'en a pas moins régalé par ses prises d'initiatives et ses performances. Trois fois médaillé avec les relais, deux fois argenté (poursuite, individuelle), il a fini par retrouver le goût de l'or en solo sur la mass-start avec une course de maestro. Le Norvégien a tout de même profité de la quinzaine pour reprendre un sacré rythme et se rapprocher du leader du classement général de la Coupe du monde, Martin Fourcade. Comme chez les filles où la lutte s'annonce très rude jusqu'au bout, ils sont encore au moins trois à pouvoir ambitionner de décrocher le gros globe à la fin de la saison. Il faudra pour cela vite passer à autre chose, et se reconcentrer. Il reste trois semaines de compétition, et sept courses individuelles. 

Rang Nation Or Argent Bronze Total
1 Norvège 6 3 2 11
2 France 3 2 3 8
3 Italie 2 2 - 4
4 Russie 1 - 1 2
5 Allemagne - 4 1 5
6 Etats-Unis - 1 - 1
7 Rep. Tchèque - - 2 2
8 Autriche - - 1 1
8 Suède - - 1 1
8 Ukraine - - 1 1

Les pronostics : une formidable lutte et de très bons conseils

L'idée était de vous faire partager les conseils de deux sites spécialisés, que l'on remercie à nouveau, Biathlon Live et Ski Nordique. Mais on a quand même pas pu résister à l'envie de mettre un peu de piment dans ces pronostics en mettant en place un barème. Trois points pour un prono exact, un point pour un prono correct (ex : un des trois sites donne Fourcade 2e, mais il termine en réalité 3e). Biathlon Live a fait la course en tête pendant les trois quarts de la compétition, avant de se faire rejoindre ce week-end d'abord par Ski Nordique, puis par A travers le sport qui a fait la différence sur les mass-start. Pour en revenir aux conseils qui vous ont été donnés, plus de 50% d'entre eux se sont avérés être des pronostics exacts, et plus de 70% étaient corrects. Entre autres, nous vous avions proposé les titres de Roeiseland sur le sprint et la mass-start, ceux de Wierer et Fourcade sur l'individuelle ou de Johannes Boe sur la mass-start. Nous avions également senti le titre tricolore sur le relais masculin ou le podium d'Emilien Jacquelin sur la poursuite.  

1 A travers le sport 47 pts
2 Biathlon Live 41 pts
3 Ski Nordique 39 pts

Mathéo RONDEAU

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article