Rugby, athlétisme, cyclisme - [Top 3 du week-end]

Athlétisme : Pluie de performances - Duplantis touche le ciel

Avec lui l'exceptionnel devient banal. Pour le second week-end consécutif, Armand Duplantis a battu le record du monde de la perche. Il a réalisé samedi 6,18m. Mardi dernier, on analysait ici les possibilités du Suédois. Mais il faut avouer qu'il ne cesse de bluffer les spécialistes. Par rapport à Torun, son saut est meilleur partout. Point haut encore plus haut, plus de vitesse et surtout plus de profondeur pour pulvériser et mettre une valise à la barre. Les spéculations pleuvent et désormais, certains le voient capable de réaliser 6,40m. Une barre qui représentait auparavant davantage un fantasme qu'une possibilité. Alors en est-il réellement capable ? Dans l'absolu oui. Mais s'il veut espérer pouvoir tenter une telle barre, il devra sacrifier le record du monde centimètre par centimètre (et le chèque de 30 000$ qui va avec). Alors ambition ou argent ? Réponse pourquoi pas dès demain soir à Llevin, où le prodige est engagé et où tous les yeux seront braqués vers lui.

Et le lendemain, un autre record du monde tombait. Celui du 5km route. Et c'est à Monaco qu'il fallait être pour voir Joshua Cheptegei pulvériser de 25 seconde la précédente marque, devenant le premier homme à courir sous les 13 minutes sur route (12'51). Dans la même course, Jimmy Gressier (cocorico) abaissait de 10 secondes le record d'Europe pour le porter à 13'18 et Liv Westphal pulvérisait aussi le record de France de plus d'une minute (15'31). Petit à petit les performances sur route commencent à se rapprocher de celles sur la piste, où pourtant le tartan et les pointes offrent un rendement plus propices aux chronos. Alors, forcément le débat sur la Next de Nike (à l'heure où la concurrence sort sa propre chaussure carbone) est relancé. Mais il faudra davantage de recul pour vraiment analyser ses performances, qui sont de toute façon des performances remarquables faîtes par des champion(ne)s.

La planète athlétisme a également tremblé en salle, lors des championnats US indoor. Chrisitian Coleman a flirté avec son record du monde du 60m en s'imposant en 6''37 à trois petits centièmes de sa meilleure marque. Une performance en dessous de l'ancien record du monde de Maurice Green (6''39). Preuve de sa régularité sur la courte distance qu'il commence à bien retranscrire sur le 100m (champion du monde à Doha). Mais pour aller chatouiller Bolt (9''58 et un passage en 6''31 ce jour là), il faudra certainement faire plus. En est-il capable ? Ce n'est pas sur. Le même week-end, le champion du monde du 110m haies Grant Holloway claquait un 7''38 sur 60m haies. Les Americains font monter la température à cinq mois des Jeux. 

Cyclisme : La recette bretonne d'Arkéa-Samsic

C'est l'histoire d'une résurrection. De deux résurrections même. Cela se passe au Tour de la Provence, course d'un niveau très relevé cette année. Quatre étapes dont deux remportées par deux coureurs de l'équipe bretonne d'Arkéa-Samsic. Point commun entre Nacer Bouhanni et Nairo Quintana ? Ils ont vécu des mois bien compliqués dans leur précédentes formations. Nacer Bouhanni était mis au placard chez Cofidis, où ses relations étaient plus que tendues avec le directeur sportif Cédric Vasseur. Naira Quintana semblait plafonner voire régresser chez Movistar, où l'on sentait que l'équipe espagnole ne lui faisait plus pleinement confiance. L'air breton leur a fait le plus grand bien. Le sprinter français a glané sa seconde victoire de la saison tandis que le petit colombien a impressionné sur les pentes du Ventoux, laissant pantois la concurrence sur une attaque stratosphérique dont il avait le secret lors de ses jeunes années. Résultat, tout le monde à plus d'une minute. Si en vélo, les résultats sont fortement mis en avant, on sent qu'il se passe quelque chose dans cette équipe. Voire Warren Barguil se sacrifier pour placer Nacer Bouhanni dans les sprints puis se sacrifier de nouveau pour propulser Naire Quintana n'est pas anodin. Cela dénote d'une ambiance, d'un collectif qui se crée. L'envie d'aider l'autre quand on n'est soi même pas au top c'est un grand signe positif. Car on n'a de cesse de le répéter, si le cyclisme est considéré comme un sport individuel, sans le collectif, même le plus grand champion n'est personne.

Alors il est trop tôt pour définitivement se prononcer sur cette équipe. Avec tout le respect pour cette jeune épreuve qui a vite pris de l'ampleur, le Tour de la Provence n'est pas le Tour de France et la concurrence sera bien plus rude. Disons que Bouhanni et Quintana ont passé un premier test concluant. Le second serait de gagner en World Tour. Pourquoi pas d'ici à un Paris-Nice qui se profile (déjà) à l'horizon. Si on voit les "Rouges" bretons aussi à la fête, là il sera temps pour eux de réhausser le curseur des ambitions. Pour le moment, laissons les savourer ce petit gout de revanche qui est toujours aussi sucré chez un sportif de haut niveau.

Top 14 2019 2020
L'UBB a remporté le choc de haut de tableau ce samedi, battant le LOU à Chaban-Delmas. Les Bordelais prennent les devants au classement. Crédit : [SudOuest].

Top 14 : Le choc pour l'UBB, le bol d'air pour le Stade Français

Ce fut long à se dessiner. C'est un peu le résumé de l'ensemble de la 15e journée de Top 14. Beaucoup de rencontres serrées, des décisions qui se font dans les tout derniers instants, et des équipes qui renversent le score. L'UBB a mis plus de 70 minutes pour se détacher de son nouveau dauphin Lyonnais. Une pénalité de Wisniewski pour les visiteurs les avait fait revenir à un tout petit point des Girondins, mais un 17-0 en huit minutes a permis aux locaux de faire l'écart et même de prendre le bonus offensif ! 37-19, l'addition est finalement très salée pour les Lyonnais, qui repartent sans rien d'un Chaban plein comme un oeuf. L'UBB reprend la tête du championnat, avec trois unités d'avance sur Lyon. Derrière ces deux formations, c'est Toulon qui suit bien et ne s'est pas fait surprendre par Brive à domicile samedi soir (34-17). Il manque cependant le bonus, qui ne permet pas aux hommes de Patrice Collazo de grimper sur le podium, ils doivent se contenter de la quatrième place. 

Mais niveau suspens, on a été gâtés. Clermont, tenu par des Palois costauds et vaillants, a pu l'emporter grâce à un essai de Raka à la 76e minute (23-20). Un succès étriqué pour des Auvergnats en difficulté à l'extérieur cette saison. Les Palois enchaînent une 6e défaite de suite. Autres équipes de bas de tableau qui restent sur leur faim, Bayonne et Agen. Les Basques sont allé s'incliner sur le terrain de Montpellier (29-31), dans un match spectaculaire et dans lequel les Ciel et Blanc ont rebondi après avoir été menés de seize unités. Ils sont revenu en seconde période mais ont manqué de jus en toute fin de rencontre, comme les Lot-et-Garonnais face à Castres dans leur antre d'Armandie (24-43). A un quart d'heure du terme de la partie, le SUA était de retour à un essai des Tarnais. Mais le champion 2018 a terminé son match à fond, inscrivant deux essais. C'est un succès précieux pour les Castrais, qui ramènent même un bonus. Les deux clubs Franciliens ont eux aussi bénéficié d'une fin de match rêvée pour décrocher quatre points décisifs. Surtout pour le Stade Français, vainqueur du Stade Rochelais avec un essai de Nicolas Sanchez à la 85e minute (21-20), et qui a pu enchaîner trois succès en cinq rencontres. Enfin, c'est le Racing qui s'est défait dans le temps additionnel d'un Stade Toulousain très accrocheur malgré l'effectif amoindri (30-27). C'est Olivier Klemenczak, positionné en ailier dimanche, qui est allé aplatir l'essai décisif à la 82e minute. 

1 Bordeaux-Bègles 52pts 8 Toulouse 35pts
2 Lyon OU 49pts 9 CA Brive 29pts
3 Racing 92 41pts 10 Castres  28pts
4 RC Toulon 40pts 11 Bayonne 25pts
5 La Rochelle 38pts 12 Stade Français 24pts
6 Clermont 36pts 13 Pau 24pts
7 Montpellier 36pts 14 SU Agen 22pts

Etienne GOURSAUD et Mathéo RONDEAU 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article