A travers le rétro - le 18 mars

Biathlon rétro, Poirée Bjoerndalen
Entourant l'allemand Sven Fischer, le français Raphaël Poirée et son rival Norvégien Ole Einar Bjoerndalen. Contrairement à la photo, c'est bien le tricolore qui remporte le dossard jaune il y a dix-neuf ans, en 2001. Crédit : [Thea Liberg].

Il y a...19 ans : Raphaël Poirée gagne le globe à la Johannes Boe

C’était en 2001, et c’est comme si c’était samedi. On peut le dire, la saison qui s’est terminée le week-end dernier possède un grand nombre de similitudes avec celle disputée à cheval entre 2000 et 2001. D’abord pour le titre mondial en relais masculin, décroché à chaque coup par les Bleus (à Pokljuka puis à Antholz cette année). Puis, pour le duel légendaire, joué à coups de victoires par un Norvégien, comme par hasard, Ole Einar Bjoerndalen et un Français, tiens donc, Raphaël Poirée. Un véritable prélude à la fin de saison de folie entre Johannes Boe et Martin Fourcade à Kontiolahti. Déjà lauréat du gros globe la saison précédente, Poirée prend le leadership au général dès le premier week-end de compétition. Le tricolore réalise une première moitié d’hiver quasi-parfaite, avec cinq succès sur cinq sites.

Sur sa lancée, il décroche son deuxième titre mondial individuel en carrière, sur la mass-start de Pokljuka, devançant les cadors Bjoerndalen et Fischer. L’Isérois mène la danse au classement avant les trois derniers déplacements. Qui ne se passent pas véritablement comme dans un rêve. A Salt Lake City, étape test pour les Jeux l’année suivante, c’est Bjoerndalen qui réalise un plein, en remportant les trois courses. Les trois courses suivantes sont gagnées par Frode Andersen, son compatriote, toujours devant lui. Le 18 mars, il reste donc une dernière épreuve, le départ groupé 15km, qui se court à Holmenkollen, devant des milliers de Norvégiens qui n’attendent qu’un dernier coup de force de Bjoerndalen.

 

Il n’y a pas de calcul à faire, Poirée doit terminer devant Bjoerndalen. En effet, il était quand même parvenu à conserver la tête du général dans ce mois de mars mouvementé. Devant, c’est le vainqueur du petit globe de la spécialité, Sven Fischer, qui l’emporte. Et c’est Raphaël Poirée qui vient s’assurer le gain de son deuxième gros globe en montant sur la deuxième marche du podium. Le public a poussé mais cela n’a pas suffi à Bjoerndalen pour inverser la tendance. En 2020, ce sont deux minuscules points qui ont séparé Johannes Boe de Martin Fourcade. Dix-neuf ans plus tôt, Poirée avait su conserver dix points sur son rival Norvégien. L’hiver suivant sera de nouveau couronné de cristal, avec un nouveau gros globe. Mais Bjoerndalen, en retrait au général, prendra sa revanche avec un carton plein aux Jeux (4 titres).

Pour l’anecdote, ce même 18 mars 2001 avait été marqué par le succès de Shumei Yu, biathlète Chinoise. Il s’agit encore aujourd’hui du dernier succès pour l’équipe actuellement dirigée par…Ole Einar Bjoerndalen et sa compagne Darya Domracheva. Le couple compte bien mettre fin à cette interminable série dans deux ans, aux J.O.    

Ça s'est aussi passé un 18 mars

2000. La magie de la Coupe. Un petit club du Pas-de-Calais, pensionnaire de CFA (quatrième rang national), réalise le gros coup des quarts de finale de Coupe de France. Après avoir sorti deux clubs de D2 aux tours précédents (Lille en 32es, Cannes en 8es), le Calais RUFC élimine le RC Strasbourg 2 à 1 pour intégrer le dernier carré, au milieu de cadors de la Première Division française (Monaco, Nantes, Bordeaux). Les hommes de Ladislas Lozano ne s’arrêteront pas là et élimineront les Girondins au tour suivant (3-1 après prolongations) quelques jours plus tard. Le CRUFC aura droit à une formidable exposition au Stade de France lors d’une finale de dingue face aux Canaris Nantais. On reviendra peut-être dans quelques semaines sur cette énorme dernière performance des Pas-de-Calaisiens ( défaite 1-2 dans les tout derniers instants).    

Rugby rétro, France Galles 2017
C'est la libération de Saint-Denis. Au terme du plus long match de l'histoire du rugby (100 minutes), les Bleus battent le Pays de Galles (20-18) et grimpent sur le podium du Tournoi des VI Nations. Crédit : [AFP].

2017. Vous vous en souvenez sans doute. Vous étiez sur votre canapé (ou dans les tribunes si vous étiez chanceux), il restait une minute dans le temps réglementaire et, on ne se le cache pas, vous aviez envie d’aller aux toilettes. Le XV de France, pour la dernière réception du Tournoi, affronte le Pays de Galles pour un match qui déterminera la tendance finale de l’hiver. A la 79e minute, les Bleus sont menés (13-18) et partent sur une troisième défaite en cinq rencontres. Mais les hommes de Guy Novès ne sont pas de cet avis. Enthousiasmants par très courts moments durant ce Tournoi 2017, ils poussent (c’est le cas de le dire), poussent. Après la sirène, ils disputent mêlée sur mêlée, à cinq mètres de l’en-but gallois. On recherche l’essai, de pénalité pourquoi pas, mais il se fait attendre. C’est une véritable prolongation. A la 95e, rien n’est encore fait. Wayne Barnes reste très tatillon et laisse espérer les 80 000 supporters du Stade de France. Enfin, à la 99e, il accorde enfin un essai, inscrit par Damien Chouly. Camille Lopez transforme, c’est la libération. Le XV de France termine sur le podium du Tournoi (3e, égalité avec l’Irlande 2e). Guy Novès sera démis de ses fonctions quelques mois plus tard.

2018. Elle était monté (ou plutôt descendu) au plus haut dès les Jeux Paralympiques de Sotchi en 2014, Marie Bochet a récidivé lors de l’édition suivante, à Pyeongchang. Elle avait signé un somptueux 4/5 en Russie, ne laissant à ses concurrentes que le slalom. A 24 ans, en Corée du Sud, elle prétendait à un immense exploit, un potentiel Grand Chelem. Malheureusement, la Savoyarde manquait l’or sur le combiné alpin, le seul manquement de ses Jeux. Descente, Super-G, Géant, Bochet décroche son quatrième titre en l’espace de dix jours le 18 mars sur le slalom. Avec ses huit médailles d’or en deux éditions des Jeux Paralympiques, auxquelles on peut ajouter la quasi-vingtaine de titres Mondiaux, elle est clairement une reine de sa discipline.  

Mathéo RONDEAU

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article