Athlétisme - Ils auraient pu écraser leur discipline : Liu Xiang

Une image cruelle... Liu Xiang qui quitte la piste la tête basse, touché au tendon d'Achille. Il devait être la star de "ses" Jeux Olympiques à Pékin. Son abandon lors de la série des J.O 2008 sera vu comme une immense douleur pour toute la Chine et tous ses fans ! Il était le grand favori sur le 110m haies, discipline dont il est un des leaders depuis 2004. Son style atypique, avec son départ si particulier, sa volonté de toujours courir aux couloirs extérieurs lors des finales avait suscité beaucoup de sympathie auprès des fans d'athlétisme. A Pékin il devait être le roi, cela tournera au drame et même une affaire d'état. La pression sur ses épaules étaient immense dans ces Jeux où la Chine se devait de briller, de conquérir ! 

Au sommet à 21 ans

Pourtant tout avait bien commencé pour le spécialiste des haies qui crève l'écran lors de l'olympiade précédente à Athènes (qui restera cruelle pour nous Français, avec un Ladji Doucouré qui commet une faute sur la dernière haie, alors qu'il était à la bagarre pour la médaille). Le 3e des mondiaux de Paris déjoue tous les pièges et remporte l'or olympique au terme d'une finale énorme, où il égale le record du monde de Colin Jackson (12''91). A 21 ans, sur une discipline qui requiert une certaine maturité (jusqu'à junior, les haies sont moins haute qu'en senior), il atteint déjà les sommets. C'est le début d'une régularité au top. Mais il est tout de même vaincu l'année suivante à Helsinki, lors des mondiaux, par un Ladji Doucouré revanchard et au sommet de son art. Liu Xiang s'incline d'un centième. Mais le meilleur est à venir...

Sur une année 2006 sans échéance mondiale, la Golden League (ancêtre de l'actuelle Diamond League) il bat son propre record du monde (12''87). Sa régularité en dessous des 13''10 et même de la barrière mythique des treize secondes en font un athlète destiné a régner longtemps sur le 110m haies. Malgré le côté technique et un peu aléatoire d'une discipline qui ne pardonne aucune erreur. Son titre à Osaka, son premier lors des mondiaux en 2007, ne fait que confirmer la tendance. Malgré une concurrence très forte et des Américains, il s'impose en 12''95. Incroyable. Sa troisième médaille consécutive aux Mondiaux... Il n'a alors que 24 ans. Tout les voyants sont aux verts à un an de l'échéance de sa vie, l'échéance que tout un pays prépare depuis des années. Tout l'avenir est devant lui et rien l'empêchera d'empocher l'or olympique pour la seconde fois.

Pression nationale et affaire d'état 

Mais l'attente de toute une nation est un poids difficile à supporter, y compris pour les plus grands champions. Et en cette année 2008, Liu Xiang n'est pas tout à fait le même que ces dernières années. Pourtant il est impérial aux mondiaux en salle, mais dès le début de la saison estivale, les pépins s'accumulent. Il se murmure que son état de forme inquiète jusqu'au plus haut sommet de l'Etat chinois. Mais il reste un grand champion. Mais il devra déclarer forfait lors des séries du 110m haies, ce qui restera un traumatisme pour la Chine, qui réussira tout de même ses Jeux. Il devra même s'excuser auprès des Chinois. S'excuser alors que son rêve était brisé, s'excuser d'avoir été trahi par son corps... un comble. Son rêve olympique s'est envolé. Plus rien ne sera jamais vraiment comme avant ! 

Il faudra attendre un an et demi avant de le revoir sur les pistes. Liu Xiang se reconstruit lentement. Mais il retrouve petit à petit un excellent niveau. Proche de l'or à Daegu en 2011, il doit se contenter de l'argent, gêné par Daryon Robles. Mais le message est clair. Il est de retour et compétitif au plus haut niveau. Prêt à prendre sa revanche sur ce destin qui l'a contrarié quatre ans plus tôt à Pékin.

Deuxième coup de massue 

Son année 2012 est parfaite. Pour la première fois depuis 2007, il refait tomber la barrière mythique des 13'' (12''95) lors du meeting Diamond League de Shanghai. Mais alors qu'il devait prendre sa revanche, le destin si cruel va se charger de l'accabler une seconde fois. Et par le biais de son tendon d'Achille. La blessure est terrible. Tout comme cet image de cet immense champion obligé de traverser la piste a cloche pied, avec une grand dignité, les officiels anglais lui ayant refusé une sortie plus discrète. Cela provoquera l'indignation dans le monde entier et cette image restera comme un des moments fort de l'olympiade de Londres. Un champion fauché de nouveau alors qu'il avait réussi à se relever une première fois. Ce sera la fin. Il ne se relèvera jamais de cette seconde épreuve. Il essaiera pendant trois ans de se refaire une santé pour tenter ce qui aurait été un come-back aussi fabuleux qu'émouvant... 

Il prendra sa retraite en 2015 à 31 ans seulement.

Destin tragique que cet athlète, premier Chinois à avoir obtenu l'or olympique en athlétisme et devenue une véritable star dans son pays ! On oubliera jamais ces deux images terribles du "maudit des Jeux Olympiques". Parfois même la plus grande volonté ne suffit pas. Il restera comme l'un des plus grands talents et qui aura apporté beaucoup à sa discipline. Il aurait mérité une meilleure sortie.

Etienne GOURSAUD

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article