[Retro Giro] : A Tortoreto, John Gadret au plus haut

Crédit photo : Ouest France, retouches Bastien Lacoste

Il y a de ces victoires qui vous font passer dans une autre dimension. Celle de John Gadret sur la 11e étape du Giro 2011 à Tortoreto en fait incontestablement partie. C'est ici que le peloton du Giro 2020 aurait du terminer aujourd'hui la 10e étape, à jamais gravé du drapeau Bleu-Blanc-Rouge.

Jusque-là grimpeur de poche, adepte du cyclo-cross sur ses plus jeunes années, le coureur de AG2R-La Mondiale brillait par sa régularité, sans pour autant obtenir de victoire de prestige, si ce n'est un Tour de l'Ain en 2007. Mais c'est sur les routes italiennes que la carrière de John Gadret va prendre une nouvelle dimension ! D'abord en 2010 où, certes en retrait des tous meilleurs, il décroche quelques places dans des Top 10 d'étape. Mais le meilleur est à venir.

Une victoire d'étape au milieu un Giro éblouissant !

Car John Gadret est comme le bon vin, il se bonifie avec le temps. A 32 ans et dans une édition 2011 ou Alberto Contador et son contrôle positif monopolisent toutes les attentions, le Français se sait fort et attend son heure. Elle viendra lors de la 11e étape. Sur un parcours vallonné, avec les deux derniers kilomètres qui se cabrent, il tente sa chance sous la flamme rouge. Une attaque osée quand on sait que guettent derrière, de redoutables finisseurs comme Igor Anton où Joaquim Rodriguez. Mais John Gadret résiste et malgré le retours des fusées derrière, il préserve quelques mètres d'avance et s'offre un succès de prestige. Une attaque courageuse également, car il était bien classé au général et il savait qu'on ne lui laisserait aucune marge de manœuvre. Nul doute, cette victoire n'était en rien due au hasard. 

Prise de conscience ? Libération ? Le fait est que, avec cette victoire, c'est tout le Giro de John Gadret qui décolle. Et au fur et à mesure d'une remontée au classement général, on se prend à rêver d'un top 5 final. Il faut rappeler alors que la France n'a pas connu la seconde épopée de Thomas Voeckler sur le Tour et encore moins l’émergence de la nouvelle génération Pinot/Bardet. Un Top 5, déjà sur le Tour de France n'était plus arrivé sur le Tour depuis 2000, alors sur le Giro... 

Mais Gadret va balayer tout cela ! On le retrouve à l'attaque lors de la 13e étape menant au Glossglockner. Il y termine troisième de l'étape* certes loin derrière un Alberto Contador impérial mais devant tous les autres favoris au général. Une nouvelle fois à la pédale ! Le lendemain il est 6e* sur la terrible montée du Zoncolan, prouvant ainsi sa forme mais aussi ses facultés de récupération. Qui se confirment lors de la terrible 15e étape, l'une des plus dures sur un grand tour sur ces 20 dernières années, reliant Conegliano à Gardeccia. Il y prend la 5e* place seulement devancé par Alberto Contador et Michele Scarponi du coté des favoris. Il reprend plus d'une minute à un Vincenzo Nibali ! Il sera encore dans le coup dans les deux dernières étapes de montagne, avant de résister dans le dernier chrono à Joaquim Rodriguez pour une superbe 4e place au classement général, inédite sur un Grand Tour depuis Christophe Moreau sur le Tour en 2000. Et qui va se transformer en 3e place, après déclassement d'Alberto Contador. Une première pour un Français depuis Richard Virenque sur le Tour en 1997.

John Gadret n'est pas un prophète dans son pays

Malheureusement pour lui, la France se prendra de passion pour l'épopée de Thomas Voeckler sur le Tour de France qui suit ! John Gadret reste à ce jour un coureur plus anonyme qu'un Christophe Moreau où même Pierre Rolland. Il faut dire que le coureur d'AG2R La Mondiale n'a jamais brillé sur le Tour autant que sur le Giro, avec au mieux une 18e place en 2010 (meilleur Français cette année-là). Pour totalement exister médiatiquement, il faut briller sur le Tour et il aura certainement manqué une victoire d'étape pour parachever sa magnifique carrière.

Car il fait partie de ces coureurs ayant terminé dans le top 20 des trois grands tours (contrairement à un Pierre Rolland par exemple). Son palmarès et sa régularité sont tout de même à souligner. Preuve en est, sa 11e place au général du Giro 2012. Certes plus en retrait que sa formidable année 2011, mais preuve que rien n'était dû au hasard. Neuf ans après sa victoire d'étape, on peut dire que John Gadret à montré la voie aux Français. Qu'il était possible pour un tricolore de sa bagarrer avec les meilleurs. Depuis, les top 10 se sont accumulés sur la Grande Boucle, mais sur le Giro, seul Pierre Rolland (4e en 2014 avec des places de second d'étape) et Thibaut Pinot (4e et vainqueur de la 20e étape en 2017) se sont rapprochés de Gadret. Et rien que pour cela, il faut lui tirer un grand coup de chapeau !

Etienne GOURSAUD

*reclassé deuxième, 5e et 4e suite au déclassement pour dopage d'Alberto Contador

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article