[Rétro-Giro] : Ilnur Zakarin : "Gagner un des trois Grands Tours"

Ilnur Zakarin, CCC Team, cyclisme, Giro
Tout nouveau leader de la CCC Team, Ilnur Zakarin, ici dans l'ascension du Jebel hafeet sur l'UAE Tour 2020, a gentiment répondu à nos questions. Crédit : [CCCTeam].

C’est un homme discret et peu expansif au sein du peloton qui avait pourtant réalisé une entrée fracassante dans le grand monde du cyclisme World Tour. D’abord licencié chez Katusha puis aujourd’hui chez CCC, Ilnur Zakarin est devenu une valeur sure du peloton suite à un printemps 2015 impressionnant. Destiné à un avenir de grand rouleur, d’ailleurs champion de Russie du contre-la-montre dès 2013 (puis en 2017), il va également briller en montagne. Ce qui lui permet, pour sa première année en 1ère division, de remporter le Tour de Romandie devant, entre autres, Froome, Pinot, Quintana ou Nibali. Sa marge de progression est grande, Zakarin remporte une étape du Giro la même année, avant de briller sur les routes francophones. Il remporte l’étape reine de Paris-Nice 2016, termine 5e de LBL. De retour après sa terrible chute du Col Agnel sur le Giro, il lève les bras sur le Tour de France à Finhaut-Emosson. Toujours aussi régulier, il se tourne vers les classements généraux, avec réussite. Sur ses six dernières participations à un Grand Tour, il a terminé à quatre reprises dans le Top 10, deux fois même dans le Top 5.

 

Ilnur Zakarin, porte drapeau du cyclisme russe depuis que Denis Menchov a laissé le poste vacant à l'entame des années 2010, a bien voulu répondre à nos questions sur sa carrière, ses émotions passées et ses envies futures.    

 

« - Vous avez participé à chacun des trois Grands Tours. Quelles différences remarquez-vous entre Giro, Tour et Vuelta ?

 

Contrairement aux deux autres Grands Tours, le Giro d’Italia est plutôt une course ouverte. Elle se distingue par les conditions météorologiques difficiles.

 

- Lequel de vos Grand Tour retenez-vous le plus concernant vos performances ?

 

La Vuelta a España 2017 est sans aucun doute ma performance la plus importante sur une course de trois semaines, tout simplement parce que j’y ai réalisé mon meilleur résultat final (au terme de cette Vuelta remportée par Chris Froome, il termine troisième du général à moins de trois minutes du britannique). Mais je dirais que j’ai beaucoup appris de choses sur le Giro d’Italia également.  

 

- Quel est le Grand Tour le plus dur auquel vous avez participé ?

 

Je dirais le Tour de France 2018. Ce fut pour moi le plus difficile. Je n’étais pas dans ma meilleure forme physique et pourtant je devais lutter chaque jour pour le classement général (il termine finalement neuvième du général, avec 12’37’’ de retard sur Geraint Thomas)

 

- 2016, 2017, sur quel Giro pensez-vous avoir été le plus proche de la victoire ? Pourquoi ?

 

Je pense qu’en 2017, j’étais plus près de la victoire finale, rien que par les résultats (il est cinquième du général final, seulement deux minutes derrière le vainqueur Tom Dumoulin). Tandis qu’en 2016, je n’avais pas encore du tout d’expérience (il est néanmoins cinquième du général au matin de la 19e étape).  

Giro 2017, Ilnur Zakarin, cyclisme, Katusha
Ici devant Domenico Pozzovivo, Zakarin a été un des grands personnages du Giro 2017, le centième du nom, qu'il a terminé à la cinquième place du général. Crédit : [TDWSport].

- Si je vous dis étape 19 du Giro 2016, Col Agnel, qu’est-ce qui vous revient ?

 

J’essaie de ne pas me rappeler de ce jour (en plein dans la lutte pour le général, il était tombé très gravement dans la rapide descente du Col Agnel, théâtre également de la chute du maillot rose Steven Kruijswijk).  

 

- Quelle est l’étape la plus dure à laquelle vous ayez pris part sur un Giro ?

 

Je ne répondrais pas physiquement, mais plutôt mentalement. Et dans ce cas, la dernière étape du Giro 2017, le contre-la-montre individuel de Milan, était la plus dure moralement.

 

- Dans le même esprit, quelle est la journée clé où vous vous sentiez le mieux, le plus en jambes ?

 

Ce n’était pas sur un Giro, mais je me souviens de la fin du Tour de Romandie 2015. Parce que malgré le maillot jaune (qu’il avait décroché la veille, sur la dernière étape de montagne), j’étais calme. Et techniquement, j’ai bien roulé sur le contre-la-montre.  

 

- Que retenez-vous des ascensions du Stelvio, du Finestre ? Qu’est-ce que cela représente pour un grimpeur ?

 

Ce sont assurément des montées très difficiles et je les aime bien. Mais ces ascensions ne m’ont rien apporté de plus.

 

- De quelle victoire en carrière êtes-vous le plus fier ?

 

C’est la victoire d’étape sur le Giro la saison dernière, car je n’avais rien remporté depuis longtemps (victoire sur la 13e étape, au Lago Serru, sur les routes du Col du Nivolet. Il n’avait plus gagné depuis son titre de champion de Russie du contre-la-montre en 2017). Là, j’ai pu démontrer à moi-même que je pouvais gagner.  

Ilnur Zakarin, Katusha, CCC Team, Giro 2019, Lago Serru
Ilnur Zakarin lève les bras à l'arrivée de la 13e étape du Giro 2019 au Lago Serru, au terme d'un raid solitaire de très grande classe. Crédit : [GettyImages].

- Pavel Sivakov, Aleksandr Vlasov sont deux grands espoirs Russes, pensez-vous qu’ils puissent faire de grandes choses ?

 

Oui, certainement. Pavel et Aleksandr sont talentueux et des mecs bosseurs. Je pense qu’un bon avenir les attend.   

 

- Quels sont vos grands objectifs cette saison chez CCC ?

 

Pour cette année, j’aurai tout d’abord voulu commencer les compétitions. Deux victoires d’ici la fin de saison, ce serait un résultat acceptable.  

 

- Quel est votre plus grand rêve de victoire pour les années qu’il vous reste à courir ?

 

Gagner un des trois Grands Tours ! »

Mathéo RONDEAU

 

* Un immense merci à Karim Berhaiem, qui fut notre interprète pour cette interview, puisqu'il a fallu communiquer avec Ilnur Zakarin en Russe !  

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article