Allen Iverson, ou "The Answer"

Allen Iverson naît le 7 juin 1975 à Hampton en Virginie, alors que sa mère n’a que 15 ans. Cette dernière le met à la porte alors que le jeune Allen n’a que 16 ans. Il emménage alors chez son ancien entraîneur de football américain. Au lycée, Iverson joue à la fois au basket et au football américain, sport qu’il préfère et dans lequel il occupe le rôle central de quaterback. Son surnom, « The Answer » lui vient du lycée, car il était selon ses coéquipiers « la réponse » au côté un peu trop convia du basketball, de par sa personnalité, son look, en allant totalement contre les codes établis. En 1993, il devient champion de l’Etat en football américain mais un soir, à la sortie d’un bowling, une bagarre éclate et Iverson est condamné à 15 ans de prison. Il est gracié au bout de 4 mois de détention par le gouverneur de Virginie.

En 1994, John Thompson, entraîneur de l’équipe de basket-ball de l’université de Georgetown, lui offre une bourse permettant de jouer en équipe universitaire au sein de l’université, à condition qu’Allen accepte les règles de vie de l’établissement.

Crédit photo : DR

Une carrière universitaire qui le mène jusqu’au titre de MVP

Dans sa jeunesse, Allen Iverson hésite entre le football américain et le basket, reprochant à ce dernier de ne pas être un sport assez physique pour lui. Lors de sa carrière universitaire, Iverson devient le meilleur marqueur de l’histoire de son université, avant de s’inscrire au bout de seulement 2 ans à la draft, pour pouvoir gagner de l’argent et financer les médicaments de sa soeur malade.

Lors de la draft 1996, Allen Iverson est sélectionné en première position par les 76ers de Philadelphie. Pour son premier match, il met tout le monde d’accord avec 30 points et 6 passes. Et pour sa première saison, il finira avec 23,5 points, 7,5 passes, 4 rebonds et 2 interceptions, ce qui le couronnera bien évidemment Rookie of the Year. Il devient le seul rookie de l’histoire de la NBA à avoir inscrit plus de 40 points pendant 5 matchs consécutifs.

La saison 2000-2001 est la saison la plus aboutie d’Allen Iverson. Il subit en début de saison une fracture du bras, mais les Sixers ont le meilleur bilan de la NBA à égalité, et Allen Iverson est élu MVP de saison régulière, avec 31,1 points et 2,5 interceptions de moyenne. La consécration pour un joueur avec un parcours semé d’embûches, et une belle relance un peu moins d’un an après avoir été tout proche de quitter les Sixers pour Detroit dans un accord avec 6 équipes et 24 joueurs impliqués !

Au premier tour des Playoffs, les Pacers de Reggie Miller ne résisteront pas aux Sixers, et au second tour, les Sixers affrontent Vince Carter et les Raptors. Une série historique qui va jusqu’au 7e match, et où Iverson marque plus de 50 points dans 2 matchs, performance uniquement réalisé avant lui par Michael Jordan. La franchise de Philadelphie renversera en 7 matchs les Bucks en finales de conférence, et retrouve les Lakers de Shaq et Kobe. Les Californiens partent totalement favoris, ils sont invaincus en playoffs. Le premier match se joue à L.A., Shaq et Kobe sont énormes mais Iverson sauve les Sixers en prolongation en finissant à 48 points, 5 rebonds, 6 passes et 5 interceptions. Sur une série de 3 matchs (les 2 derniers de finales de conférence et le game 1 des finales, Iverson marque en moyenne 46 points, à 46% à 2 points et 50% à 3 points. Mais sans véritable aide offensive pour aider Iverson, les Sixers ne remporteront plus aucun match. Cette année, Allen Iverson est MVP de la saison régulière, MVP du All-Star Game, meilleur marqueur et meilleur intercepteur NBA ainsi que finaliste NBA. Il s’agit ici de l’une des plus grandes saisons individuelles de l’histoire de la NBA.

 

Une suite compliquée puis la rédemption qui arrive

Avec une ascension aussi soudaine l’année précédente, Allen Iverson étaient très attendus en 2002, et la chute ne fut que plus brutale. Un exercice décevant, et les Sixers ne franchissent pas le 1er tour des Playoffs. De la tension apparaît entre le coach Larry Brown et Iverson, qui serait retombé dans ses travers, à savoir des retards et des absences à l’entraînement. Iverson était en fait endeuille après l’assassinat de l’un de seuls meilleurs amis, et témoin de mariage.

Après l’euphorie des finales 2001, Allen Iverson a connu 3 saisons difficiles. Des blessures, des soucis personnels et une baisse de motivation que tout le monde voit, et Iverson revient en forme lors de la saison 2004-2005. Et en février 2005, il sort la meilleure performance offensive de sa carrière, 60 points face au Magic d’Orlando. Le premier joueur de Phily à inscrire autant de points dans un match depuis Wilt Chamberlain. Après coup, Iverson commente à sa manière « Que l’on me mentionne en compagnie de Wilt Chamberlain, ça me laisse sans voix. On parle d’un joueur d’1,83 m et d’un type de 2,15 m dans la même phrase ». Avec 31 unités par rencontre, il récupère un nouveau titre de meilleur marqueur NBA. Le 4e et le dernier de sa carrière. Au premier tour des Playoffs 2005, grâce à son apport (37 points, 15 passes), les Sixers gagnent la 3e rencontre contre les Pistons. Il devient ainsi l’un des 4 joueurs dans l’histoire à enregistrer au moins 35 points et 15 passes décisives dans un match de playoffs, avec entre autres Oscar Robertson et Jerry West.

De 1996 à 2006, au sein des Sixers, Iverson marque en moyenne 28,6 points et intercepte 2,3 ballons par match en saison régulière.

 

Le départ de Philadelphie, et le début de la fin pour Iverson

En 2006, les relations entre Allen Iverson et Maurice Cheeks, l’entraîneur, ainsi que les dirigeants, sont très tendues. Iverson veut évoluer dans une équipe prétendante au titre, et les têtes pensantes de la franchise ne supportent plus ses écarts de conduite. Alors, à l’hiver 2006, Allen Iverson est échangé à Denver. Il termine les 50 matchs à presque 25 points de moyenne, et la saison suivante, ce sera 26,4 points, mais les Playoffs ne seront pas une grande réussite en étant éliminé à 2 reprises au 1er tour, tout comme l’association avec l’autre grand attaquant des Nuggets, Carmelo Anthony.

En novembre 2008, Iverson est transféré aux Pistons, mais blessé en fin de saison, il est laissé libre et signe un contrat avec Memphis, mais se plaint de ne pas être titulaire, de ne pas jouer suffisamment… des exigences un peu trop hautes pour un Iverson en fin de saison qui n’est plus du tout aussi influent. Le 2 décembre 2009, il signe un contrat d’un an avec Philadelphie, ville où il est resté populaire, et où il veut rester jusqu’à la fin de sa carrière, qui approche à grand pas.

Le 30 octobre 2013, il annonce sa retraite lors d’une conférence de presse. Les Sixers prévoient de retirer son numéro, le 3, lors d’une cérémonie en mars 2014. Lors d’une interview avec son ancien coach Larry Brown, celui-ci dit qu’Iverson se croyait le meilleur joueur de l’histoire. Le 11 septembre 2016, Allen Iverson fait son entrée au Hall of Fame, aux côtés de Shaquille O’Neal et Yao Ming.

 

Allen Iverson est connu pour ses nombreux tatouages et ses tresses. Il est le premier à faire la connexion entre basket et hip-hop, et entre le basket et la street, de là où il vient. Le commissionnaire de la Ligue David Stern met en place au début des années 2000 un dress code interdisant les baggys, les chaînes en or et ce qui rappelle la culture du rap.

Lors d’une émission de télévision américaine en 2005, invité sur le même plateau, Iverson s’excusa de son comportement auprès de Larry Brown. En réponse, l’ancien coach des Sixers déclaré qu’Iverson était un exemple à suivre pour les jeunes du monde entier et que, malgré leurs nombreuses disputes, il appréciait The Answer comme un fils.

 

Paul LALEVEE

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article